Solennité du Christ Roi

HOMELIE DU 3 NOVEMBRE 2019

Père Chris GOMA

24 Novembre 2019

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur,  nous célébrons  la fête du Christ Roi de l’univers. C’est  le dernier dimanche du Temps Ordinaire de l’année liturgique C.  Dimanche prochain, nous entrerons déjà dans une nouvelle année liturgique  et dans un nouveau temps, le temps de l’Avent, prélude aux festivités de Noël. 

Christ Roi de l’univers,Christ qui règne sur tout, sur les hommes, sur le monde et sur l’histoire.

Pour entrer dans l’intelligence de ce mystère, nous méditons déjà la première lecture dans laquelle nous est présentée une grande figure de la bible, Le Roi David,. Le Christ sera bien appelé « Fils de David ».
Le Roi David est élu par Dieu et reconnu et accepté comme tel  par les hommes. Dans cet épisode que nous rapporte le prophète Samuel, c’est tout le peuple de Dieu réunit dans les douze tribus d’Israël qui vient le reconnaître comme Roi. C’est pour manifester aussi cette reconnaissance qu’est mentionnée la présence de  l’onction qu’il va recevoir. Cette onction  fait habiter sur le roi la plénitude de l’Esprit  de Dieu. Il devient par ce fait même, le Berger, de tout le peuple d’Israël, le Messie,  c’est-à-dire celui -là même qui a été choisi par Dieu  pour sauver son peuple. Le rôle assigné au Messie est sans doute celui  de l’unité du peuple de Dieu et de sa sécurité, c’est ce que  David n’a finalement pas entièrement accompli et c’est ce que l’on assignera à Jésus. 1000 ans après Dieu devait envoyer son Fils Jésus, appelé  « Fils de David » pour accomplir au milieu de Son Peuple ce rôle de Messie., le Sauveur du Peuple.

Dans la deuxième lecture, nous avons entendu, cette forme de profession de foi faite par Saint-Paul. Cette  synthèse du mystère de Dieu accompli en Jésus, plénitude de l’humanité, qu’il met en la personne de Jésus , il place Jésus au centre du monde et de l’histoire, c’est en Jésus que tout est récapitulé, c’est lui qui est le nouveau Messie, le nouveau Pasteur, et ce Roi de l’univers.

Pourtant il n’est pas évident de croire à la royauté de Jésus, surtout dans les termes qu’elle est entrain de  se décliner, notamment dans l’évangile de Saint-Luc, que nous avons eu la joie de méditer ce matin,  il y a une forte interpellation pour les gens qui doutent un peu de l’identité de Jésus, trois fois on lui pose la question « si tu es le Fils de Dieu, tu aurais pu faire ceci… », nous avons entendu cette question posée par le peuple d’Israël, par le soldat et par le condamné. Sa posture sur la croix, comme un condamné, comme un malfrat, froisse dangereusement l’image que ses contemporains se faisaient de lui.  Comment est-ce possible que le Messie puisse être crucifié ? ,  Comment le Roi de l’univers peut-il être incapable de se sauver ? 

En méditant ce matin  l’office des laudes, j’ai trouvé ces mots de l’hymne qui semblent correspondre à notre méditation de ce matin , il est dit ceci, en parlant de la royauté de Jésus : « Point de sceptre, par quoi tu domines sinon ta croix. Point d’autre force, sinon ta miséricorde, l’amour vainqueur est ton unique droit »

Aujourd’hui, nous sommes encore nombreux qui ne comprenons pas le mystère de la  Royauté du Christ, ou si nous la comprenons, nous la comprenons à la manière humaine . Comment comprendre  le Christ Roi de l’univers, alors que le mal, la souffrance et la maladie continuent à faire leur chemin dans ce monde ? Le règne, la royauté, comme nous le savons et le pensons sont faits de force, de puissance, et de gloire.  Mais la royauté du Christ qui se manifeste à travers sa croix est très loin de nous aider à entrer dans cette dimension là.  Le Christ règne dans notre cœur,  par son humilité, son amour et son pardon. L’autre condamné de l’Evangile l’a pressenti en lui demandant « Souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume » et la réponse de Jésus a été formelle : « aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis ». Jésus nous donne    les clés du Royaume, cependant nous sommes libres de les prendre ou non, comme chrétiens, à travers notre baptême, nous faisons le pas vers ce royaume, en ce sens  que nous sommes déjà des citoyens du Ciel. Le chrétien est sur cette terre comme un migrant, un pèlerin, un passager. Nous sommes promis au Royaume de Dieu,dès ici bas. Nous avons des prémisses du Royaume de Dieu, puisque, comme le disait un certain théologien : « le Royaume de Dieu est  un déjà, pas encore là ».
Le Christ règne au cœur de l’humanité à travers le témoignage d’amour, de paix, de réconciliation et de pardon de chaque chrétien et de tout homme de bonne volonté. 

« Aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis ». 

C’est par l’hygiène quotidienne de notre vie chrétienne que nous pouvons, déjà aujourd’hui, composer la partition du Royaume.