Lettre du Cardinal Jean-Pierre Ricard


Chers amis,


Notre synode diocésain nous invite, dans ses conclusions, à vivre la fraternité de façon renouvelée. Une grande application a été suggérée : la constitution de petits groupes fraternels, des Fraternités Chrétiennes. Tous les fidèles de notre diocèse qui le souhaitent sont appelés à se rassembler en Fraternité.


Avec cette lettre, j’ai donc la joie de vous faire parvenir la Charte des Fraternités Chrétiennes, que je vous invite à susciter au sein de toutes nos communautés ecclésiales. Dans la dynamique de notre rencontre diocésaine du 29 septembre 2018, cette Charte a été élaborée par une petite équipe qui a recherché les expériences en ce domaine, dans notre diocèse comme à l’extérieur. Après avoir sollicité l’avis du Conseil épiscopal, je l’ai entérinée. Des fiches « Recommandations » sont également disponibles sur le site du diocèse (bordeaux.catholique.fr), pour aider à la mise en oeuvre et au fonctionnement de Fraternités. Tous ces documents expliquent ce qu’est une Fraternité, ses objectifs et ce que chacun est appelé à y vivre, tant sur le plan de la vie chrétienne que de l’évangélisation.


Je mets une grande espérance pour notre diocèse dans l’émergence de ces Fraternités Chrétiennes. En effet, la fraternité caractérise la vie chrétienne. Elle est une grâce, un don de Dieu, et la condition ordinaire de la vie chrétienne, comme nous le dit le Christ : « A ceci tous vous reconnaîtront pour mes disciples, à l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jn 13, 35). C’est pourquoi Jean-Paul II affirmait : « Le fidèle doit vivre en un partage continuel avec les autres, dans un sens très vif de fraternité, dans la joie d’une égale dignité et dans l’intention de faire fructifier avec les autres l’immense trésor reçu en héritage » (La vocation et la mission des laïcs dans l’Eglise et dans le monde, n° 18-20). Le Pape François rappelle aussi pourquoi la fraternité est essentielle à la vie chrétienne, en demandant que l’on crée des lieux fraternels dans les communautés : « Nous avons besoin de créer […] des lieux où ressourcer sa foi en Jésus crucifié et ressuscité, où partager ses questions les plus profondes et les préoccupations quotidiennes, où faire en profondeur et avec des critères évangéliques le discernement sur sa propre existence et expérience, afin d’orienter vers le bien et le beau ses choix individuels et sociaux » (La joie de l’Evangile, n° 78).


La fraternité est également une nécessité pour l’annonce de l’Evangile. Il faut nous souvenir de cette prière de Jésus : « Père, qu’ils soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17, 21). « La communion et la mission sont profondément unies entre elles, elles […] s’impliquent mutuellement, au point que la communion représente la source et tout à la fois le fruit de la mission : la communion est missionnaire et la mission est pour la communion » (Jean-Paul II, Les fidèles laïcs du Christ, n° 32).


Nous savons aussi qu’une des étapes du processus d’évangélisation est l’entrée de celui qui est en chemin dans un premier groupe de croyants. C’est pourquoi le Synode souligne l’importance de la constitution des Fraternités Chrétiennes, car chacune d’entre elles peut être un de ces groupes de croyants. Par leur intermédiaire, l’Eglise se fait proche, en particulier des personnes qui en sont aux périphéries ou à la frange. Beaucoup d’entre elles n’osent pas s’approcher de nos communautés, entrer dans une église ou rencontrer un prêtre. La plupart d’entre elles n’entrent pas aisément dans la liturgie eucharistique, simplement parce qu’elles n’en comprennent pas les rites, ou ne savent pas prier, ou n’ont jamais été familiarisées avec l’Ecriture Sainte… Pourtant, certaines seraient prêtes à une démarche moins engageante. Les Fraternités peuvent alors être une porte d’entrée pour des débutants dans la foi ou pour ceux qui recherchent Dieu : ils peuvent y trouver un premier lieu d’accueil et d’intégration ecclésiale, une antichambre à la communauté paroissiale, où, grâce à des témoignages et à des partages simples, ils pourront entrer peu à peu dans la prière et la liturgie eucharistique. Les Fraternités peuvent ainsi être une clé du renouvellement des secteurs paroissiaux et de l’évangélisation, grâce à la charité fraternelle et au partage de la foi. Car c’est d’abord au plus près du terrain, par les relations de voisinage et par l’amitié que commence l’annonce de l’Evangile.


Certain que vous saurez tous vous lancer avec enthousiasme dans cette belle aventure des Fraternités Chrétiennes, je vous assure, chers amis, de ma confiance et de ma communion fraternelle.



+ Jean-Pierre cardinal RICARD
Archevêque de Bordeaux
Évêque de Bazas