HOMELIE DU 14 MARS 2020

Père Chris GOMA

3ème dimanche de Carême

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur, paroissiens et paroissiennes des secteurs pastoraux Castelnau et Margaux, permettez-moi de méditer avec vous la première lecture de ce dimanche tirée du Livre de l’Exode, elle correspond tellement à la réalité  que nous vivons aujourd’hui, un carême particulier, un désert, une épreuve : le coronavirus avec son lot de souffrances, d’isolement et de secousses socio-économique.
Je nous entends reprendre les paroles du peuple juif devant l’épreuve qui était à la fin de cette lecture « Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ? », parole de désespoir, de plainte, de révolte et d’indignation.

Oui, l’homme a parfois la mémoire courte, l’homme n’est pas préparé à vivre la souffrance, la maladie, l’épreuve et la mort.
Le peuple juif a vite oublié les bontés du Seigneur, celui-là même qui l’a délivré de l’esclavage de l’Egypte par son bras droit et sa main puissante. Il s’insurge contre Moïse, le Serviteur de Dieu ; et là encore, une fois encore, Dieu est fidèle à ses desseins, il fait sortir l’eau au creux du rocher par son Serviteur Moïse, ce dernier immortalise ce miracle en donnant à ce lieu les noms de Massa (c’est-à-dire : Epreuve) et Mériba (c’est-à-dire : Querelle).

Devant la pandémie qui secoue le monde et les restrictions que nous sommes invités à vivre de manière prudente et responsable, on peut dire que nous traversons aussi le lieu du Massa et de Mériba.

Massa (c’est-à-dire : Epreuve). Oui même la liturgie de ce moment corrobore cette réalité. Nous sommes en temps de Carême, temps de pénitence et d’épreuve, temps du désert. Beaucoup d’entre nous le vivons dans notre chair à travers cette pandémie, la mort qu’elle génère et les changements de notre modus vivendi (mode de vie).
Notre Evêque, Monseigneur JAMES, dans son mot aux catholiques de Gironde, a semblé abonder dans le même sens.
Pour ce qui concerne la prière, il dit : « …Il n’est plus possible de participer à la messe dominicale, mais personne n’est dispensé de prière, cette prière a plus d’importance en ce temps difficile… ».

Sur le jeûne il dit « …pour certains d’entre nous, ce sera un jeûne eucharistique douloureux, car nous savons quelle est l’importance dans nos vies de l’eucharistie dominicale ; Il y a aussi le jeûne des rencontres et des échanges familiaux …».
Sur l’aumône et le partage il dit enfin « …il y a de nombreuses manières concrètes de nous manifester à nos proches : messages téléphoniques, email … ». 

Solidarité et fraternité sont plus urgentes en ce moment. Ne dit-on pas « aux grands mots les grands remèdes ».

Massa : épreuve ; offrons ces épreuves à Dieu comme une manière particulière et féconde de vivre notre carême 2020.

Mériba : querelle ; loin de n’être qu’une indignation, une révolte, une plainte sans fond, notre accusation à Dieu en ce temps de dure épreuve, se veut être : un cri de confiance, une prière fervente en ce Dieu fidèle, celui qui n’abandonne pas son peuple.

Comme l’a dit Monseigneur JAMES : « Ensemble nourrissons notre espérance ».