Editorial du Père Yves Maurice ZAMBO, 5 février 2017, 5° Dimanche du Temps Ordinaire, Année A

Sel et Lumière

Comment retrouver notre saveur de « sel » ? L’éclat de notre baptême ? Nous sommes nombreux à désirer un monde meilleur, une société nouvelle, des institutions qui soient à notre service. C’est légitime. Pour cela, il nous faut des hommes et des femmes pleins de « saveur » d’amour, de fraternité et d’abnégation. Où les trouverons-nous ? Certainement pas au ciel mais sur la terre… Je voudrais même affirmer, sans prétention d’exclure d’autres croyants et toute personne de bonne volonté, que ces hommes et femmes se trouvent dans l’Église ! J’imagine aussi votre grand étonnement au regard de nombreuses expériences que vous aviez eues à un moment donné dans une communauté des chrétiens. Levons déjà toute équivoque : tout baptisé, disciple du Seigneur Jésus-Christ, est supposé apporter au monde la saveur pour que tous les humains aient la joie de vivre. Malheureusement, nous perdons de plus en plus notre saveur. Ne serait-il pas temps de demander la grâce d’un renouvellement de nos engagements baptismaux ? Pourquoi devenir la risée des non-croyants quant au mauvais témoignage de certains des nôtres? Nous savons que la miséricorde du Seigneur s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Qu’en ce dimanche où le Maître nous rappelle que nous sommes la lumière du monde et le sel de terre, chaque baptisé prenne conscience de cette lourde et noble mission. Il ne s’agit pas de se prévaloir aux yeux des non-croyants, mais au contraire, de commencer par éclairer notre conscience et accepter notre vie. Retrouver l’espérance et la joie de l’Évangile. Puisse Marie, Mère de notre Seigneur, nous apprendre à rayonner au tour de nous pour la plus grande gloire de son divin Fils Jésus.