Editorial du Père Jean Eudes NGENDAKUMANA, 14 août 2016, 20° Dimanche du Temps Ordinaire? Année C

 Jésus apporte-t-il la guerre ou la paix ?
Si oui, pourquoi et comment ? Si non, pourquoi et comment ?
En effet, nous lisons dans Lc 12, 49-53 :« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Je suis venu apporter le feu sur la terre, car désormais, cinq personnes de la même famille seront divisées ».
Après une méditation, prenant appui sur mon expérience personnelle, restant à l’écoute du Saint Esprit de Dieu, voici ma réponse à ces deux questions. Jésus est venu apporté la guerre de la guerre = la paix.
De fait, même en mathématique, deux négations donnent un résultat positif
(-) × (-) = (+). Et c’est le résultat qui compte.
Néanmoins, cette équation n’explique pas tout chez Jésus.
Jésus est venu apporter la haine de la haine = amour, longanimité, charité, entraide, compréhension.
Il est venu apporter la violence de la violence = tolérance, miséricorde, patience, réconciliation (à toi de jouer !).
Suivre le Christ, être son disciple, c’est opérer un choix, or choisir c’est séparer, scinder, fractionner, trier. Avec ce choix radical de suivre Jésus-Christ, avec ce choix de vivre dans le monde sans être du monde, c’est l’incendie dans le cœur jusqu’à la déchirure des tissus sociaux ; chacun a pour ennemi les gens de sa maison. Par contre, le chrétien doit aimer tout le monde, comme Dieu nous aime tous sans attendre que nous l’aimions. C’est le feu d’amour qui nous conduit au martyr ou à la mort comme Jésus.
Jésus nous dit chaque jour :
la paix soit avec vous. Son nom est la paix et nom la guerre.
Que Marie Mère de Dieu nous aide à comprendre qui est son Fils
et à opérer un choix radical, Amen.