Discours du Père Goma lors de sa messe d’installation

Monseigneur Bertrand LACOMBE, Évêque Auxiliaire  de Bordeaux

Père Jean-Christophe SLAIYERE, Vicaire Général des Terres de Gironde

Père GRONDONA, Doyen de l’ensemble pastoral du Médoc

Vous tous, chers confrères Prêtres, présents parmi nous

Chères autorités civiles, militaires en vos rangs, grades et qualités,

Chers invités et peuple de Dieu, présents sur les deux secteurs pastoraux de CASTELNAU et MARGAUX.

Que la grâce et la paix vous soit données de la part de Notre Seigneur Jésus Christ !

C’est avec gratitude que je bénis le Seigneur Dieu, pour ce moment de grâce qu’il a rendu possible.

Mes remerciements vont aussi à l’endroit des autorités ecclésiales de Gironde, à leur tête, j’ai cité le Cardinal Jean-Pierre RICARD, Archevêque de Bordeaux, pour la confiance dévolue à ma personne en me choisissant comme Curé,

Mes remerciements vont auprès de Monseigneur Bertrand LACOMBE qui a bien voulu m’installer à mon nouvel office, à tous les confrères prêtres, présents ici,  qui vont travailler avec moi, pendant ces années. En particulier, je veux remercier mon prédécesseur, Le Père Yves-Maurice ZAMBO, pour la patience, les sacrifices et la bonne volonté. Je n’oublie pas tout le peuple de Dieu disséminé à travers ces secteurs pastoraux de Castelnau et de Margaux. Tous ceux qui ont travaillé pour rendre possible cette fête, l’équipe de l’EAP, le Conseil Économique, la chorale, les enfants de chœur, et j’en passe….

En accueillant officiellement ma nouvelle charge pastorale, un seul désir parcourt tout mon être, c’est celui de servir ! Servir comme le Pape François l’avait dit aux membres du Renouveau Charismatique réunis à Rome à la Pentecôte : « Servir veut dire donner, donner et se donner » donner et se donner à ce diocèse qui m’a formé, donner et se donner au peuple de Dieu qui m’est confié comme prêtre et comme curé.
Et dans cette tâche noble, je vais emprunter les mots du prophète Isaïe 54, V2 « Élargis l’espace de ta tente » Élargis l’espace de ma tentepour que tout ce peuple se retrouve dans son pasteur, pour que, comme le dit le Pape François « le pasteur sente enfin l’odeur de ses brebis », élargis l’espace de ma tente pour que tous les chrétiens de nos deux secteurs, dans leur diversité et dans leur particularité, soient pris en compte.

D’ailleurs, dans cette perspective, l’évangile de ce jour scande littéralement à ce rythme. Le cœur de Dieu, qui peut sauver l’homme, et tout l’homme,  ce cœur qui court à la recherche de la  brebis perdue. Je veux être, avec la grâce de Dieu et votre prière, ce pasteur qui va accorder du prix à toutes ses brebis. Qui veut les garder toutes dans la Bergerie. C’est une tâche que j’imagine ardue puisque les « égos » peuvent parler plus fort que la volonté de Dieu, qui nous rappellera continuellement à l’unité, à la communion et à la cohérence

Dans cette tâche de pasteur, je saurai compter sur les élus locaux, les maires et leur entourage proche, les responsables des associations. Puisque chacun de nous est un interlocuteur privilégié dans cette mission sur « l’homme », je leur dit toute ma disponibilité.
A vous tous invités, amis et parents, je veux compter sur vos prières et vos conseils pour continuer cette œuvre Je la partagerai avec mon confrère, le Père François KABONZO ; je me mettrai résolument à l’école de sa sagesse et de son expérience.
Pour terminer, une seule prière, je la tiens du Père Alfred, le Père Abbé de l’abbaye de Rielvault : « lorsque le mérite se tait, la fonction parle ».