Célébration du 4ème dimanche de Pâques

HOMELIE DU 3 MAI 2020

Père Chris GOMA

Aujourd’hui nous sommes le Dimanche 3 Mai, Quatrième Dimanche de Pâques, la liturgie nous invite à méditer sur les textes suivants :

  • Lecture du Livre des Actes des Apôtres (2, 14a.36-41)
  • Psaume 22, avec comme refrain : « Le Seigneur est mon Berger : rien ne saurait me manquer »
  • Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre (2, 20b-25)
  • Évangile de saint Jean (10, 1-10)

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur, Paroissiens et Paroissiennes des secteurs pastoraux Castelnau et Margaux, après Jésus Pain de Vie, nous voici aujourd’hui découvrant le visage du Christ, Porte et Pasteur des brebis. Une chose est de donner à manger, nourrir en donnant sa chair pour nourriture, une autre est de conduire les croyants dans la marche vers la vie éternelle.
Dans l’évangile d’aujourd’hui, quatrième Dimanche de Pâques (Jean 10, 1 à 10), Jésus donne des règles de discernement pour reconnaître la figure du Bon Berger, du Vrai Berger, à ce titre il donne aussi des indices qui permettront de démasquer les voleurs, les bandits, disons les faux pasteurs.
Le Bon Pasteur respecte la nature des choses. Il entre par la porte de la bergerie, il vit une relation de communion avec ses brebis. Cette communion se manifeste par la connaissance mutuelle. C’est lui qui prend l’initiative de les appeler et il les appelle par leurs noms et ses brebis sont capables de reconnaître sa voix.
Le Bon Pasteur est à la tête du troupeau, il le guide en lui indiquant la bonne direction.
La reconnaissance vocale établit donc une relation intime entre le Seigneur et ses disciples, ce qui tranche notablement avec l’attitude des faux pasteurs. Ceux-ci n’ont pas de relation vraie et personnelle. Ils entrent dans la bergerie par des chemins détournés. Ils sont capables d’abandonner leur troupeau à la moindre menace. Les brebis ne devinent pas leurs voix.
L’autre caractéristique du Bon Pasteur, celle qui est la plus fondamentale, est celle de donner sa vie. C’est celle que nous vivons de façon plénière en ce temps de Pâques où Jésus fait don de lui-même à travers sa Passion Mort et Résurrection.
Par exemple en ce temps de crise de Covid 19, on voit que certains pasteurs, médecins et infirmiers ont littéralement sacrifié leur vie au service des malades.
C’est cela, en cette période être Bon Pasteur à la suite de Jésus.

DIEU N’ABANDONNE PAS SON PEUPLE

Amen

Votre Frère, 

Abbé Chris Brunel GOMA