Célébration du 3ème dimanche de Pâques

HOMELIE DU 26 AVRIL 2020

Père Chris GOMA

Aujourd’hui nous sommes le Dimanche 26 Avril 2020, Troisième Dimanche de Pâques, la liturgie nous invite à méditer sur les textes suivants :

  • Lecture du Livre des Actes des Apôtres (2, 14.22b-33)
  • Psaume 15, avec comme refrain : « Tu m’apprends, Seigneur le chemin de la vie »
  • Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre (1, 17-21)
  • Évangile de saint Luc (24, 13-35)

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur, Paroissiens et Paroissiennes des secteurs pastoraux Castelnau et Margaux, en ce Troisième Dimanche de Pâques notre méditation portera essentiellement sur l’évangile de saint Luc, celui des disciples d’Emmaüs. Jésus est avec nous et nous montre le vrai chemin . C’est aussi l’histoire de chacun de nous. A travers un faisceau de rencontres, Jésus le Ressuscité amène ses deux disciples à le reconnaître et à en témoigner au monde.

  1. LA RENCONTRE DE JESUS A TRAVERS L’HISTOIRE DES HOMMES

 « …Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux…».(Lc. 24,15) 

Tout débute sur une route, la route des hommes, chemin de Dieu. Deux disciples anonymes (pour que chacun de nous puisse s’identifier à eux), font route vers un village du nom d’Emmaüs. Leur moral est au plus bas, ils sont désemparés, ils ressassent les mésaventures de leur histoire. Ils sont désespérés. Ils avaient mis leur confiance dans un Sauveur qui malheureusement a été tué et enterré depuis trois jours déjà : « …Nous espérions que c’était Lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé ». Rien ne les console, même pas les alertes des femmes et des autres disciples qui l’ont déclaré vivant. Pourtant c’est au cœur de leur détresse que Jésus rejoint ces deux anonymes, il s’invite dans leur histoire et les interroge : « De quoi discutez-vous en marchant ? ». Sous une forme de maïeutique socratique (l’art d’accoucher les idées par les questions), Jésus s’approprie la misère et les angoisses de ces hommes. Jésus ressuscité est aussi celui qui fait irruption dans l’histoire de notre monde.
En ce temps de grand désenchantement relatif au Covid 19, il fait route avec nous dans nos malheurs, nos détresses, nos angoisses de l’avenir. Il interroge notre monde sur ses choix et ses orientations. Même si avec l’avalanche des maux et des conséquences économiques impitoyables de ce temps, beaucoup se posent la question de la présence de Dieu. L’histoire des hommes n’est pourtant pas extérieure à celle de Dieu. Le Pape Jean Paul II disait dans une de ses encycliques, Redemptoris hominis : « la première route parcourue par l’Eglise est la route de l’homme ».

Jésus a parcouru la route de l’homme depuis l’Incarnation jusqu’à la Rédemption. C’est l’homme que nous sommes, qui est malheureusement toujours distrait devant cet inconnu qui fait route avec lui.

  1. LA RENCONTRE DE JESUS A TRAVERS LES SAINTES ECRITURES

« …Et partant de Moïse et de tous les prophètes, il leur interpréta dans toute l’Écriture ce qui le concernait. » (Lc. 24,27)

Le pèlerin inconnu de l’évangile ne va pas simplement cheminer avec eux, il va aussi interroger leur histoire. Alors que ceux-ci sont englués dans l’amertume et le désespoir, Jésus tente, à travers sa parole, de rallumer la flamme de joie dans leur cœur. Aucune inquiétude, aucun souci ne peut apaiser le cœur de l’homme, seule la Parole de Dieu ou encore notre vie éclairée par celle-ci peut y arriver. D’ailleurs, les disciples d’Emmaüs déclareront plus tard : « notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les écritures ? ». C’est ce qui fait dire déjà au Concile Vatican II dans Gaudium et spes : « le mystère de l’homme s’éclaire à travers le mystère du Verbe incarné».
Les questions que nous devons nous poser en ces moments de grande souffrance sont : 

  • « Dans quelle mesure la Parole de Dieu nous aide à relire spirituellement l’histoire de notre monde ?  
  • Comment interroge-t-elle les structures du péché qui régissent le mécanisme de notre humanité ? 
  • Dans quelle perspective cette Parole de Dieu nous dispose à accueillir et à protéger le Frère ? ».

La Parole de Dieu est aussi la clef de lecture pour mieux décrypter l’histoire de l’humanité. Elle raconte et éclaire l’histoire des hommes.

  1. LA RENCONTRE AVEC JESUS A TRAVERS L’EUCHARISTIE

« Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent… ». (Lc. 24,30)

Ce n’est que par la fraction du pain que les disciples d’Emmaüs reconnurent leur Maître. La longue pédagogie de Jésus n’avait pour but que de conduire ses disciples à le reconnaître. C’est donc dans l’Eucharistie qu’a lieu ce dévoilement, cette révélation. Pour conclure en résumé, le Seigneur est vraiment vivant, présent et agissant dans l’Eucharistie. C’est dans le don qu’il fait de lui-même à l’humanité que nous découvrons sa vraie identité.

D’ailleurs dans le concile de Vatican II les Pères synodaux font état de trois lieux de la présence de Dieu : « la Parole de Dieu, la Communauté et, de façon substantielle, l’Eucharistie ». 

Nous nous en rendons compte car le texte du récit des disciples d’Emmaüs a la même structure que nos messes, puisqu’il met en valeur les deux tables : la table de la Parole de Dieu et la table de l’Eucharistie. Jésus ressuscité se rend visible à nous dans l’Eucharistie.

« Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse ». (Lc. 24,29)

C’est dans le confinement de l’auberge que Jésus fait le sanctuaire de sa Présence à travers l’Eucharistie. Dans les temps que nous vivons, sans possibilité de participer à l’Eucharistie, puissions-nous prendre conscience de l’importance de ce sacrement ? 

Demandons à Dieu de faire de nos repas de famille un prélude à l’Eucharistie afin qu’ils nous unissent à Dieu et à nos frères.

  1. RENCONTRE DE JESUS DANS LA MISSION

« …Ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem ». (Lc. 24,33)

Le cheminement de nos deux fugitifs mués en pèlerins aboutit à la reconnaissance du Maître à la fraction du pain. Cette rencontre bouleversante

a le mérite de produire en eux la joie et le désir de témoigner. Ils font donc volteface, ils repartent à Jérusalem. L’heure de la mission est arrivée. Les disciples de Jésus ne peuvent pas faire autrement que de proclamer ce qu’ils ont vu. Le désespoir de la route d’Emmaüs n’est d’ores et déjà qu’un lointain souvenir, ce qui compte c’est la joie de cette rencontre transfigurante et la prise de conscience de la nouvelle ère qui s’ouvre à eux.
Jésus qui était mort est bien vivant, il est parmi nous, il s’est révélé à travers la fraction du pain, il faut inonder le monde de la Bonne Nouvelle de sa résurrection.
Le temps de Pâques consacre l’heure des témoins de la résurrection. 

Demandons au Seigneur la grâce de témoigner un jour de la rencontre gratifiante faite avec le Seigneur à travers les événements douloureux que nous sommes entrain de vivre.
L’histoire des hommes n’est pas extérieure à celle de Dieu, Jésus, le Ressuscité marche avec nous, il interroge notre histoire et l’éclaire par sa Parole. Il la façonne par sa présence et établit l’homme témoin de son œuvre à travers le monde.

Les disciples d’Emmaüs, c’est mon histoire, c’est ton histoire, c’est notre histoire, c’est l’histoire d’un 

DIEU QUI N’ABANDONNE PAS SON PEUPLE

Amen

Votre Frère, 

Abbé Chris Brunel GOMA » »