5ème Dimanche de Carême

Détails

-Le lapin tend les bras à l’à-venir (Ici, la vie éternelle)

-La porte (la mort), c’est la croix du Christ qui en fait le passage.

-De l’autre côté, on n’aperçoit pas grand-chose, sinon de la lumière, plein de couleurs, des feux d’artifices, des fleurs, la fête, et surtout… une main qui accueille.

-La vie terrestre est représentée en comparaison à la vie future ; elle est terne, grise. Il y a des choses merveilleuses dans ma vie ici, pourquoi celle d’après serait-elle ennuyeuse ?

-Si on regarde l’ombre du lapin, elle passe du sombre au plus clair. Ma vie d’ici-bas prépare celle d’après. Normalement, il y a un travail sur soi à faire pour ne pas que ce jour me surprenne, mais que je l’aie un minimum anticipé par une préparation.

Questions

-Et moi, comment est-ce que je vois la mort ? Qu’est-ce qui me fait peur ? Est-ce une fin ? un but ? ou une transition ?

-Est-ce que ça m’arrive d’y penser ? dans quel état cela me met-il ?
-Est-ce que je crois que Jésus va me ressusciter comme Lazare ?

3ème Dimanche de Carême

Détails
-Le dessin relate l’histoire du « buisson ardent » où Moïse voit un buisson brûler sans se consumer (bizarre !) alors il s’approche et Dieu lui parle en disant ce verset.
Dans la Bible, l’histoire ne finit pas avec les pompiers mais par une rencontre avec Dieu.
 
Questions
-Il est vrai que Moïse ne pouvait pas deviner qu’ « il était interdit de marcher sur la pelouse ». Cette pelouse est une terre sainte. La terre est sainte quand Dieu y repose. C’est pour ça que tout être humain est une terre sainte, qu’il le sache ou non. 

Oui, toi qui es en train de lire ceci, tu es une terre sainte, et d’autres doivent se déchausser devant la présence de Dieu en toi. Et toi, déchausse-toi devant le mystère de l’autre sans le prendre de haut. 

-A quel moment ai-je vu quelqu’un comme une terre sainte à respecter et à protéger ?

-A quel moment ai-je méprisé, piétiné cette terre sainte ?

Epiphanie

-Détails

-Comme toujours, à première vue, c’est marrant, mais il y a plus profond que la première vue…  

-Les mages cherchent l’étoile. Celui qui a sa carte avec un trou dedans l’a trouvée. L’autre doute.

-Mais si on suit le regard du premier, il va beaucoup plus loin que le trou. De son œil droit (qui est à gauche…) il te regarde, et de son œil gauche, il regarde le Ciel.  A toi de conclure…

-L’étoile qu’il cherche a six branches, comme l’étoile de David.

-Sur le dessin, toutes les étoiles ont cinq branches sauf deux. Une qui en a huit et qu’on trouve facilement, et une autre qui en a six et qu’il est difficile de trouver (comme quoi il n’y a pas que les mages qui peinent)

-Si tu veux chercher l’étoile qui a six branches, saute ce paragraphe parce que je vais dire où elle est. On la trouve au-dessus de Dieu, représenté sur le dessin (si si). Il est représenté par le point d’interrogation qui se trouve dans le verset Biblique, tout en haut. Dieu, on ne peut pas se l’imaginer, alors, je l’ai représenté comme ceci.
-Dernier détail; dans le trou de la carte, outre la tête du lapin, il n’y a aucune étoile en arrière-fond, puisque l’étoile mise en valeur ici, c’est le visage illuminé du lapin qui a trouvé.

Questions

-Quand tu auras trouvé l’étoile sur le dessin, tu pourras trouver l’étoile dans ta vie.

-Comment se fait-il que le lapin pointe son doigt sur l’étoile qu’il a trouvée alors qu’elle est derrière lui ? Là encore, je laisse la question ouverte pour que tu y répondes par toi-même.

4ème Dimanche du Temps de l’Avent



Le contexte : Marie est enceinte de Jésus. Elle rejoint sa cousine Elisabeth enceinte de Jean-Baptiste. Elisabeth est âgée et c’est un miracle qu’elle porte Jean-Baptiste. Lorsque Marie arrive chez sa cousine et la salue, le petit Jean-Baptiste tressaille comme s’il reconnaissait déjà la présence de Jésus en Marie.
-Sur ce dessin (inventé), Elisabeth porte deux plateaux avec du champagne, comme pour fêter la venue de Jésus. Sur un plateau, il y a 7 coupes, comme la plénitude des 7 dons de l’Esprit-Saint (sagesse, intelligence, force, conseil, science, piété et crainte de Dieu)
-Sur l’autre plateau, il y a 4 verres à vin. 4, dans la Bible, c’est le chiffre de la terre avec ses 4 points cardinaux (Nord, sud, est et ouest) et donc la plénitude des personnes que la terre contient. La venue de Jésus pourra remplir de joie tous les habitants de la terre.
-Il y a aussi une allusion au « Hula-hoop », cette danse où on fait tourner un cerceau autour de la taille avec ses hanches. Elisabeth dit « Houla », « hop » suite au tressaillement de l’enfant en elle. Ce jeu de mots est aussi une interprétation de Jean-Baptiste qui est rempli de joie et qui danse pour Dieu.
Questions
-Dans ce passage d’Evangile, il y a 4 personnes qui inter-agissent. D’abord, Jésus, la Parole Eternelle. Il est en Marie et sa présence en elle lui inspire des paroles de salutation. A la voix de Marie, Jean-Baptiste présent en Elisabeth tressaille de joie. Elisabeth, qui en ressent le tressaillement, exulte de joie.
-Quand est-ce que j’ai pu voir la joie de Dieu se transmettre et faire du bien ? Chaque personne la manifeste d’une façon propre. Quelle est ma façon d’exulter en Dieu ?

3ème Dimanche de l’Avent

Détails
-On vient voir Jean-Baptiste de toute la région. Il baptise et proclame la conversion.
-La foule lui demande « que devons-nous faire ? ». Les collecteurs d’impôts lui demandent « que devons-nous faire ? ». Les soldats lui demandent « que devons-nous faire ? ». On lui pose trois fois la même question, mais curieusement, Jean-Baptiste donne trois réponses différentes. Il les donne en fonction du rôle de chacun.
-Dans ce dessin, Jean-Baptiste joue la provocation en demandant quelque chose d’impossible pour montrer que Dieu nous demande de réaliser des choses simples du quotidien (mais de les réaliser extrao ordinairement bien).
Questions
 
-La vie spirituelle (et mystique) est bien souvent une question de réalisme. Jean-Baptiste répond à chacun ce qu’il doit faire. Aux foules, il dit de partager la nourriture et le vêtement. Aux collecteurs d’impôts, il leur demande d’être honnêtes. Aux soldats, il leur dit de ne frapper personne sans raison et de se contenter de leur salaire.
-Et moi, si je posais la question à Jésus « que dois-je faire cette semaine ? » Que me répondrait-il ?
-Est-ce que ça me choque si Jésus demande quelque chose de plus exigeant à quelqu’un d’autre ? Dans ce cas, est-ce que je pense qu’il va être meilleur que moi ?
-Est-ce que ça me choque, au contraire, si un autre chrétien ne vit pas les même exigences que je vis car il n’en est pas encore capable ?

2ème Dimanche de l’Avent

(On met le côté rigolo de la scène pour entrer plus à fond dans le message).
-Le lapin bleu en pagne, c’est Jean le Baptiste qui proclame la venue proche du Messie.
-Le ravin est comblé, il empêche ainsi la violence (symbolisée par l’ « attaque de la diligence »). Mais, du coup, cette violence se déplace, puisque le « lapindien » en veut maintenant à quelqu’un d’autre.
-Le ravin est comblé par du sable du désert dont la couleur est plus proche du tapis rouge que la pierre. Ce « tapis ocre » annonce la venue d’une personnalité (Jésus).
-En regardant le contenu de la brouette et la couleur du ravin comblé, on voit bien que ce n’est pas Saint Jean-Baptiste qui a comblé le fossé, mais Dieu.
Le lapin a juste ajouté sa petite part (les 7 pierres devant lui, qui sont recouvertes également de sable).
-le deuxième lapindien attend, hagard, avec son bâton, prêt à faire tomber son rocher. Il est perdu, parce que la diligence ne passera plus par ici avant un bon bout de temps… Il représente l’être blasé. Celui qui n’attend plus rien. Celui qui ne se laisse plus surprendre  par la nouveauté. Il est comme figé.
Questions
 
-Quels sont les ravins que j’essaye de combler pour lancer un pont vers l’autre ?
-Est-ce que je m’appuie seulement sur ma petite brouette pour le faire, ou est-ce que je demande l’aide de Dieu ? Comment ?
-Duquel de ces trois personnages suis-je le plus proche, et pourquoi ?

Avent… Carême… C’est pareil?

Non; l’Avent est différent du Carême.
Ce sont deux temps qui préparent à une fête.
L’avent nous prépare à Noël, le carême nous prépare à Pâques.
Le Carême est un temps de préparation au baptême et untemps de repentir pour ceux qui ont été baptisés et qui ont failli à leur engagement de baptisés.
Il est marqué par le jeûne.
L’ Avent est un temps d’espérance et une invitation à être vigilant. Il n’est pas spécialement marqué par le jeûne mais par l’augmentation du désir.

Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers

Détails :

 

-Ce lapin, au premier plan, c’est le Christ-Roi (je te rassure, en vrai, Il ne sera pas comme ça…)

-Il découpe sa couronne pour nous faire participer à sa Royauté.

-Les lapins arrivent de droite et vont vers la gauche, où ils commencent à se confondre avec l’horizon, tandis que le Christ est assis, il est sur la terre, et seules ses oreilles sont dans le Ciel. En étant à l’écoute de son Père qui aux Cieux, il se fait petit et se met au niveau des hommes pour les élever à la condition divine (c’est-à-dire immortelle, et sanctifiée)

-Jésus n’a jamais rien gardé pour lui. Il donne tout ; la naissance, la croissance, la vie, le mouvement, l’être… De même il veut nous faire participer à sa Royauté, à sa Sainteté.

 

Questions

 

-Par mon baptême, je suis prêtre, prophète et roi. Qu’est-ce que ça veut dire ; « je suis roi » ? Comment est-ce que Dieu me demande de régner ?

 

32ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails :

 

-Visiblement, ce lapin a quelques ennuis… Agrippé à une branche, celle-ci commence à craquer.

-La branche, c’est la vie, qui un jour se fissure et se brise. Où en serais-je de ma relation à Dieu ce jour-là ?

-Il n’y a personne pour aider. Ce lapin est seul face à Dieu.

-Sous le lapin, il y a toute une ville avec de belles constructions. Tout ce qu’on peut amasser et construire  durant la vie ne sert plus au moment où la branche craque.

-Le lapin essaye de prouver à Dieu en lui montrant qu’il a bien pensé un tout petit peu à lui durant sa vie.

-Il fait les questions et les réponses, comme si sa conscience lui répondait.

Questions :

Le verset complet est : « Le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement, ainsi, le Christ, après s’être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent » (Hébreux 9,28)

-Et moi, en qui, en quoi je mets mon assurance pour me préparer à ce jour-là ?

-Peut-on être « croyant mais non-pratiquant » ? Peut-on être amoureux mais non-pratiquant ?