32ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails :

 

-Visiblement, ce lapin a quelques ennuis… Agrippé à une branche, celle-ci commence à craquer.

-La branche, c’est la vie, qui un jour se fissure et se brise. Où en serais-je de ma relation à Dieu ce jour-là ?

-Il n’y a personne pour aider. Ce lapin est seul face à Dieu.

-Sous le lapin, il y a toute une ville avec de belles constructions. Tout ce qu’on peut amasser et construire  durant la vie ne sert plus au moment où la branche craque.

-Le lapin essaye de prouver à Dieu en lui montrant qu’il a bien pensé un tout petit peu à lui durant sa vie.

-Il fait les questions et les réponses, comme si sa conscience lui répondait.

Questions :

Le verset complet est : « Le sort des hommes est de mourir une seule fois, puis de comparaître pour le jugement, ainsi, le Christ, après s’être offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude, apparaîtra une seconde fois non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent » (Hébreux 9,28)

-Et moi, en qui, en quoi je mets mon assurance pour me préparer à ce jour-là ?

-Peut-on être « croyant mais non-pratiquant » ? Peut-on être amoureux mais non-pratiquant ?

31ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails :

 -Le lapin bleu a une mauvaise image de lui-même. Sa salle de bain est triste, les couleurs de ses accessoires sont terne, son tabouret est rongé de partout, le bleu du lapin est sombre.

-Il est surpris par son reflet qui lui répond. Son reflet est le regard que Dieu pose sur lui : le lapin est plus clair, son reflet est lumineux, et il l’asperge de parfum parce qu’il l’en croit digne.

-Pour pouvoir aimer l’autre comme soi-même, il faut déjà avoir fait un certain « travail » sur soi, pour pouvoir s’aimer et se regarder comme étant à l’image de Dieu.

Questions

 -Aimer l’autre comme soi-même, est-ce de l’égoïsme ? de l’orgueil ? Qu’est-ce que Jésus veut dire à travers cette phrase ?

-Qui, dans mon entourage, pose un regard d’espérance sur moi ?

-Est-ce que je peux aimer l’autre comme moi-même si je ne m’aime pas moi-même ?

-« Aimer Dieu de tout son cœur et aimer le prochain comme soi-même » pourquoi Jésus lie-t’il ces deux commandements ?

-Puis-je aimer Dieu sans aimer mon prochain ?

-Puis-je aimer Dieu sans m’aimer moi-même ?

Là, tu as de quoi méditer pour 5 ans… (au moins !)

 

29ème Dimanche du Temps Ordinaire

-La voiture du SMUR : « Service Mobile d’Urgence et de Résurrection » (Normalement, le R signifie « Réanimation ») attend.

-A l’intérieur, on voit un prêtre qui a une étole violette. Il confesse et il est en train de donner l’absolution. Il pardonne au nom de Dieu. La porte est ouverte : le Salut est toujours offert.

-La plaque d’immatriculation a trois lettres : JHS. En latin : Iesus Hominum Salvator, ce qui veut dire « Jésus, Sauveur des hommes ».

-Le lapin s’approche avec trois boulets qui le lient. Ce sont les trois boulets liés au pouvoir, au sexe et à l’argent. Tout ceci l’a lié dans un sac qui le rend esclave.

-Malgré cela, le lapin est tendu en avant, Il court vers sa dernière chance.

 

-Questions

-« Avançons-nous donc ». La foi, c’est un chemin qui évolue. L’essentiel est d’avancer.

-Avancer comment ? « Avec pleine assurance » parce que Dieu ne rejette personne.

-Avancer vers qui ? Vers « le Dieu Tout-Puissant et qui fait grâce ». Faire grâce, c’est avoir le pouvoir de tuer un condamné mais de ne pas le faire.

-Avancer pourquoi ? Pour « obtenir Miséricorde ». C’est la plus belle chose que Dieu puisse donner, parce que pour me pardonner, il prend ma place.

-et « recevoir en temps voulu la grâce de son secours ». En temps voulu, c’est-à-dire que quelques fois, on a l’impression qu’il nous laisse « mariner dans notre jus ». Mais un plat qui mijote longtemps peut devenir meilleur. Ma vie pardonnée par Dieu peut prendre du poids et de la valeur.

28ème Dimanche du Temps Ordinaire

La Parole de Dieu est vivante, On le perçoit à travers plusieurs détails :

-1. Les lettres « VIVANTES » sont pleines de couleurs. Les trois premières lettres sont les couleurs primaires et les trois suivantes sont les couleurs secondaires. Ainsi, la Parole de Dieu se lit à plusieurs niveaux.

-2. La Bible a des pages jaunies à l’intérieur, et une couverture avec une croix design, lumineuse. Ca signifie que ces pages, si anciennes soient-elles, sont toujours d’actualité.

-3. La Bible bondit ; quand elle touche le sol, elle donne une impression d’être à notre portée, terre à terre.

-4. La Bible parle. Jésus est la Parole Créatrice. Chacune de ses paroles a du sens. Jésus se réjouit d’aller vers ceux qui ne le connaissent pas.

Le lapin bleu qui court après la Parole, c’est celui qui veut la maîtriser, la dompter, la dresser.

Mais la Parole de Dieu n’est pas enchaînée, elle échappe à celui qui croit la connaître.

Aucune personne n’a le monopole de la Parole de Dieu, aucun n’en a l’interprétation unique.

-Le lapin gris qui ne connaît pas encore la Parole de Dieu est déjà mis en mouvement par elle.

Questions

-En quoi ai-je fait l’expérience que la Parole de Dieu est vivante parce qu’elle rejoint ma vie ?

-Quand est-ce que la Parole m’a touché le cœur en profondeur ?

-Quand est-ce qu’elle a mis ma vie en mouvement, qu’elle m’a donné une orientation, un nouveau départ ?

27ème Dimanche du Temps Ordinaire

-Lorsque Dieu fait quelque chose de très grand, dans la Bible, il fait descendre sur l’Homme un « sommeil mystérieux », une « profonde torpeur » parce que l’Homme ne serait pas capable de le supporter.

-Sur le dessin, le lapin est stressé. Il réagit comme un occidental : il veut avoir la réponse à toutes ses questions avant de tenter une expérience.

Questions

-Les deux passages Bibliques dans la genèse où il est question de cette « grande torpeur » sont :

-celui-ci au chapitre 2,  où Dieu endort Adam pour en extraire Eve de son côté (C’est la figure de l’Eglise qui naït du côté transpercé de Jésus endormi sur la Croix).

-au chapitre 15 où Dieu fait Alliance avec l’Homme. Dieu a partagé des animaux en deux et passe au milieu d’eux. Quand on faisait alliance avec quelqu’un, on passait au milieu de ces animaux en s’engageant : « Je fais alliance avec toi, et si jamais je rompais cette alliance, qu’il m’arrive comme ce qui est arrivé à ces animaux ! ». Comme Dieu sait qu’un Homme ne pourra pas être 100 % fidèle à cette alliance, il le plonge dans cette torpeur et c’est Dieu seul qui fait ce serment

-Ai-je confiance en l’intervention de Dieu pour me guérir, me sauver ?

-Est-ce que je préfère me guérir et me sauver tout(e) seul(e) ?

26ème Dimanche du Temps Ordinaire

-Le lapin gris est fier de sa voiture. Il ne veut qu’une chose ; qu’on l’admire.

-Le lapin bleu n’a qu’un outil en main, une pompe pour gonfler les pneus. Sans cet outil, la voiture est bonne à stationner dans le garage. On peut lire « pneuma » sur la pompe. Pneuma veut dire « souffle » en Grec. Le souffle, c’est l’Esprit-Saint qui donne le mouvement.

-C’est aussi lui qui apporte la fantaisie (Si on regarde sur la calandre, là où se trouve le logo « Bugatti », il y a un smiley rose à la place).

Questions

-Etre riche n’est pas un mal. La richesse et l’or ne sont un mal que lorsqu’ils ne sont pas partagés.

-Ils sont pourris quand ils nous éloignent de Dieu, quand ils nous font croire qu’ayant de l’argent, on ne risque plus rien.

-L’argent sauve t-il ? De qui ? De quoi ? Jusqu’à quel point ?

-Quelles sont mes richesses matérielles, culturelles, spirituelles ? Sont-elles « rouillées », ou partagées ?

24ème Dimanche du Temps Ordinaire

-Ce lapin a une croix téléguidée sur une voiture de course. C’est plus pratique à porter…

-Il est assis confortablement dans une chaise longue.

-La croix est devant la voix de Jésus, pas derrière. Le lapin n’est pas en train de « suivre » Jésus. Il fait les trucs à sa sauce.

-Il évalue sa croix en y mettant un chiffre (le 1) ce qui signifie « je suis le meilleur, ma croix est la plus lourde, nananèèère ! »

-Mais il n’est pas dupe de son petit manège vu la tête qu’il fait lorsqu’il est démasqué.

Questions

-Prendre sa croix, ce n’est pas la choisir. C’est accepter celle qu’on a. (accepter tel défaut, telle situation (vieillesse, dépendance des autres, situation familiale, maritale, célibat non choisi, chômage, handicap…)

-Une croix choisie sur mesure, ce n’est pas une croix.

-Est-ce que j’attends un rappel à l’ordre du Seigneur pour marcher à sa suite, ou est-ce que je bidouille mon petit confort personnel ou ma petite foi personnelle (faite de bric et de broc) tant que personne ne me dit rien ?

23ème Dimanche du Temps Ordinaire

-Un peu surpris, ce lapin… Surpris de la promesse de Dieu qui paraît être de la science-fiction…

-Il était tranquille, dans le désert, sur son dromadaire. Il n’y avait pas de relief dans sa vie. Horizon plat.

-Soudain, le pays torride se change en lac (j’en connais un qui va surfer en dromadaire !)

-Et voici cocotte qui galope pour échapper à l’eau, sous la bride du lapin qui a peur alors que cocotte a fait ses réserves dans sa bosse. Pas besoin d’eau.

-Et évidemment, le lapin doit trouver un coupable à cet imprévu. Le premier qui lui vient : la météo…

Questions

-Jésus est la source. Source de vie, source du don, source de l’amour, source de la liberté. Quand je cherche ma source ailleurs, forcément, j’éprouve un grand vide après un moment intense de vie, d’amour, de don, de liberté, puisque hors de Dieu, ça ne dure qu’un instant.

-Et je vais même fuir Dieu, en pensant que c’est lui qui m’empêche de vivre, d’aimer, de donner, d’être libre. Est-ce que je pense que Dieu réduit ma vie, ma liberté… ? Si j’imagine Dieu ainsi, le Dieu que j’imagine n’est pas le Dieu des chrétiens.

 

13ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails :

 

-Le lapin sourit en pensant à ce qu’il serait sans la vie; un tas d’os, de peau, de muscles et de graisse. Certes, c’est déjà un sujet passionnant, complexe, mais il manque l’ essentiel…

-A gauche, le petit ver pense la même chose, à part que lui, il est un peu moins élaboré.

-Dans l’ordre de grandeur, une herbe l’est moins qu’un ver, un ver moins qu’un lapin, un lapin moins qu’un homme. Et Dieu est encore au-dessus de tout

 

Questions

 

-Si on reprend la parole du livre de la sagesse, on voit le but de Dieu ; créer pour une subsistance, créer pour durer.

-Il y a une formule qui ne me satisfait pas, concernant les avis de décès : « Il a plu au Seigneur de rappeler à lui X ou Y » Comme si le Seigneur se complaisait à cela, lui qui a fait les choses et les personnes pour qu’elles subsistent. Il est vrai qu’on retrouvera un jour ce qui nous ont quittés pour une fête éternelle, mais bon, le Seigneur ne joue pas avec nous comme il joue avec des marionnettes. Une autre parole de la Bible dit que si le Seigneur patiente, c’est pour que nous ayons le temps de nous convertir. Bref, il nous cueille quand nous sommes mûrs, pas quand nous sommes verts ni gâtés.

-Et moi, est-ce que je tisse des relations pour qu’elles subsistent ? est-ce que je construis pour que ça subsiste ou bien suis-je dans les relations jetables ? Les projets jetables ? L’amour jetable ?

Solennité de St Jean Baptiste

C-Solennité St JBLapinbleu401C-Lc1 80

Détails :

-Dans le coin du bac à sable, au fond à droite, il y a la représentation des grottes de Qumrân où le prophète a sans doute vécu.

-A gauche, c’est Zacharie, le père du prophète Jean-Baptiste. De son doigt, il désigne le Ciel, comme s’il le prenait à témoin.

-A droite, dans son bac à sable, c’est le « petit » Jean-Baptiste, vêtu d’un pagne en poils de chameau. Il est en train de verser de l’eau sur un personnage en sable, qui représente le Christ.

-Il est plus grand de taille que son petit personnage en sable, mais il est à genoux devant lui (pour faire référence à une autre parole de St Jean Baptiste : « il faut qu’Il grandisse et que je diminue »)

-L’eau qui coule de la coquille est en forme de colombe, comme l’Esprit qui repose sur le Christ.

GRUNEWALD-CRUCIFIXION-COLMAR

 -Le doigt de la main gauche de St Jean-Baptiste désigne le personnage comme l’ « Agneau de Dieu ». Il a la même position que sur le retable d’Issenheim, de Matthias Grünewald. (Pour ceux qui veulent approfondir, l’explication du retable est ici.)

Questions

-Et moi, mon doigt, désigne t-il le Ciel ? Désigne t-il le Christ ? Désigne t-il le mal ?

-Quelle est la direction que je voudrais montrer ? Quel est l’objectif de ma vie, celui que je ne lâcherai pas ? Celui que je montre aux autres pour trouver le Bonheur ?