Pâques

Détails :

 

-Les deux disciples arrivent au tombeau. Jean arrive le premier, et attend dehors. Pierre entre.

-Pierre demeure perplexe, Jean entre à son tour, il CROIT en ne voyant… RIEN.

-Dans ce dessin, Pierre scrute le suaire, avec ses lunettes, pour essayer de trouver une explication rationnelle à la chose. Il cherche quelque chose. Peut-être ne sait-il même pas ce qu’il cherche ?

-Jean, lui, semble avoi compris. Compris les Paroles du Christ qui résonnent en lui à présent « Et le troisième jour, il ressuscitera »

-Jean regarde deux endroits ; le mur et la sortie. Vers quoi est-ce que je regarde ?

 

Questions

 

-Dans lequel de ces deux personnages est-ce que je me retrouve actuellement ?

-Quelques fois, on cherche Dieu en voulant se le représenter à notre manière.

-Eh non, Jésus surprend ! La preuve, il a même fait son lit avant de partir… Et ça on ne l’a pas vu (si ? tu l’avais remarqué ?)

Dimanche des Rameaux

Détails :

 

-Décor : une ville déserte  à part un passant qui invective.

-Un lapin, chargé comme un mulet, qui va tout droit, et ça monte, en plus …

-Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire, Cana est le lieu où Jésus a changé l’eau en vin. Si le lapin propose au porteur de cruche ce petit détour, c’est que ce serait tout bénéfice pour lui…

 

Questions   

 

-On va dire que le lapin à la cruche est le « chrétien avancé dans la foi » (C) et que celui qui est derrière est le N comme « néophyte » (N = Nouveau-né dans la foi).

-le C est bien devant, il porte lourd, il est presque arrivé en haut, il tire la langue… Dur !

-le N est en bas, guilleret, il voit les choses du bon côté, il suit l’autre mais lui propose un autre chemin. Peut-être N a-t-il raison ? S’il a tort sur la recherche de la facilité, il a raison sur l’attitude intérieure à avoir et sur sa confiance en Dieu.

-Et moi, est-ce que j’écoute celui qui est « plus bas que moi ». Est-ce que « les pauvres sont mes maîtres » ? Est-ce que je me laisse interpeller par eux ? Est-ce que je me réfugie dans mes certitudes sans bouger d’un pouce ?

-Pour être bien concret, quand ai-je écouté un plus petit que moi dans l’ échelle sociale, familiale, professionnelle, et ai-je tenu compte de son avis la dernière fois ?

Et si l’homme tombe avec sa cruche, il risque de dire:

« Viens, essuie-moi ! »

5ème Dimanche du temps de Carême

Détails :

 

-Le lapin de gauche représente Jésus, qui a le pouvoir de jeter le démon (le lapin rouge, à droite) hors du monde.

-On peut remarquer qu’il y a de la lumière partout, sauf autour du démon. L’enfer n’est pas un lieu, mais un état. L’enfer est là où j’ai des zones d’ombre, là où je m’enferme sur mes ténèbres.

Le démon embarque ses propres ténèbres. Les ténèbres fuient devant la Lumière qu’est le Christ.

-l’ « aller simple » montre que c’est quelque chose de définitif.

 

Questions

 

-Quelles sont mes zones de ténèbres ? Il y a celles dont je suis conscient, et celles qu’on me renvoie à la figure. Est-ce que j’accorde plus de crédit à ce que je pense de moi, ou bien à ce que les autres me renvoient de moi ? Pourquoi ?

4ème Dimanche du temps de Carême

Détails

 

-Un lapin qui déplace une montagne, brouette après brouette. C’est fatiguant !

-Dans sa brouette, il y a des gros cailloux taillés (= effort supplémentaire) avec écrit dessus « mérite », « BA » (« Bonne Action », LA bonne action que le chrétien se doit de faire durant sa journée… comme s’il n’y en avait qu’une à faire pour être tranquille ensuite)

-Il vient de se rendre compte qu’il est sauvé par grâce, gratuitement, alors qu’il a déjà bien sué.

 

Questions

 

-Et moi, quelle est mon attitude vis-à-vis du don gratuit de Dieu ? Est-ce que je compte plus sur mes forces, mes mérites, ou sur Dieu ?

-A la fin de ma vie, après avoir beaucoup travaillé pour le Seigneur, et usé mes forces pour lui et les autres, serai-je jaloux si Dieu étend ses grâces à ceux qui n’ont pas travaillé autant que moi ?

-Est-ce que le fait d’être sauvé gratuitement par Jésus me dispense de tout effort ?

3ème Dimanche de Carême

Détails

 

-Un chèque en blanc descend du ciel. Il est spécifié qu’il s’adresse au lapin bleu baptisé. Quand Dieu donne sa Vie Divine, à travers le baptême, il nous donne TOUT (un chèque en blanc)

-Ce chèque est valable en permanence, puisqu’il n’est pas daté. Dieu nous le fait à chaque instant.

-Sur ce dessin-ci, les couleurs sont mal passées, la signature était le tétragramme, les 4 lettres du nom de Dieu.

-Le lapin se demande ce qu’il lui tombe du ciel. Il ne voit que la face cachée. Cependant, il tend les bras pour le recevoir.

 

 Questions

 

-Et moi, ai-je plus conscience que, par mon baptême, Dieu m’a tout donné ?

-Est-ce que je lui demande des choses, au nom de mon baptême ?

-Ce chèque n’a aucune valeur tant que je ne l’ai pas rempli. Si j’avais à le remplir aujourd’hui, que lui demanderais-je ?

2ème Dimanche du temps de carême

Détails
-C’est l’heure du jugement, Le démon continue, avec virulence, son œuvre d’accusation (d’où son pseudo ; « Akusator » accuse à tort… ou à raison). C’est l’avocat de l’accusation, habillé en rouge.
Il est agrippé à son pupitre, comme s’il n’était pas capable de changer d’idée. Il en a une et il la garde. Son doigt pointe le bas ; il n’est pas capable de voir le haut, le bon.
-De l’autre côté, il y a Dieu. Dieu qui ferme quelques fois les yeux sur notre péché pour ouvrir son regard et son cœur à la Miséricorde.
Dieu ne s’agrippe pas à son pupitre.
C’est également lui qui aura le dernier mot au jugement.  Là, il dit « STOP ! » Et il va trancher.
Questions
-As-tu déjà remarqué que chez les chrétiens, l’avocat de la défense (Jésus) est en même temps le juge ?
-Cette parole, de Romains 8,31 devrait être connue par cœur. Elle est puissante, et si vraie ! Nul ne peut rien arracher de la main du Père. Si nous sommes dans la main du Père, rien ni personne ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ.

1er dimanche de carême

Détails :

-Ca y est, c’est le carême ! Suivons Jésus qui a traversé le désert avant nous. Quarante jours de tentation (Il y en a même 365 jours par an, des jours de tentation). Ici, le démon tente Jésus ;

La bulle avec le calendrier signifie « 40 jours, c’est long. Tu n’y arriveras jamais ! »

La poële qui cuit l’œuf : « il va faire si chaud, tu ne pourras pas tenir !

Le scorpion : « il va y avoir des dangers, des monstres qui en veulent à ta vie »

La télé rayée : « Comment vas-tu tenir sans regarder la télé dans ce désert ? »

La nana rayée : « Tu n’auras personne à qui parler, personne ne sera là pour t’aimer, te parler »

L’église rayée : « Tu n’auras même pas d’endroit pour prier » (comme si une église était nécessaire)

La bouteille vide : « En plus, tu risques de crever de soif, et pas au bout du 40ème jour…. »

Bref, quel bavard, ce démon ! Pour lutter contre lui, rien de tel qu’une dose d’indifférence (regarde la forme du baluchon du lapin bleu) et une bon vieux morceau de sparadrap à mettre sur la bouche du diable qui susurre tout pour décourager.

 

Questions

-Comment vais-je étouffer cette voix du découragement ?

-Est-ce que j’y prête attention souvent ? Est-ce qu’elle me fait tomber ?

-Peut-être ai-je décidé bien précisément ce que je ferai durant ce carême… Qu’en pense Jésus ? Lui ai-je demandé son avis ?

 

5ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails et questions:

 

-Il nous arrive de chercher le Seigneur… en fermant les yeux… Si on regarde les attitudes des lapins, elles reflètent notre manière de chercher le Seigneur. De gauche à droite ;

-On marche en avant et on regarde en arrière. Refus de lâcher le passé.

-On crie vers Dieu mais on ferme les yeux pour ne pas voir en face ce qu’il demanderait…

-On est face à lui, avec une loupe à décortiquer les détails et on oublie l’essentiel (Lui)

-On est près de Lui (lapin du milieu) et on regarde ailleurs (distraction dans la prière)

-On est perdu dans les broussailles à se débattre. Qu’allons-nous le chercher dans les

broussailles ? (refus de sortir de nos empêtrements et entêtement)

-On cherche sous les pierres. C’est lourd, à soulever, toutes ces pierres ! (épuisement à

chercher dans de mauvais chemins ; occultisme, pseudo-révélations, faiseurs de miracles…)

-On le cherche dans le dialogue « Tu ne l’aurais pas vu, toi ? » et l’autre, avec la tête, fait signe que « non » (refus de témoigner des merveilles que Dieu a faites dans nos vies, et qui pourraient faire avancer l’autre)

 

-Et aussi, la croix est bien visible, mais on préfère chercher le Seigneur dans la gloire… Non ?

4ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails

-Ce lapin a été sauvé par le rocher.
-Il rend grâces.
-Le rocher prend la moitié du dessin, le ciel, l’autre moitié. On a le choix entre Dieu ou le néant.
-Le lapin touche le roc, comme les pèlerins à Lourdes. Ce geste n’est pas de la superstition (enfin, ça dépend pour qui…), en principe, toucher le roc évoque le fait de s’appuyer sur le roc qu’est le Christ.
-Ses skis sont en forme de croix ; c’est la croix de Jésus qui nous relève, qui nous sauve, qui nous permet de tenir debout.
Questions
-Et moi, de quoi ai-je été sauvé(e) ? Est-ce que j’ai déjà expérimenté le Salut de Dieu dans la vie ?
-Si ce n’est pas le cas, est-ce que je lui ai demandé « Fais-moi voir ton Salut » ?
-Est-ce que Dieu m’a déjà donné un « répit » ? J’aurais pu mourir, et je suis toujours vivant(e).
-Comment est-ce que j’ « utilise » ma vie ? Pour qui ou pour quoi ?

2ème Dimanche du temps ordinaire

BTO2Lapinbleu770C-Jn1_39.jpg

Détails

-Jean et André demandant à Jésus où il demeure. De leur regard, ils cherchent plutôt en-haut.

-Jésus leur répond en leur montrant sa demeure ; le cœur de l’Homme. Pour trouver Jésus, il faut descendre dans le cœur de l’être humain, bien profond.

-Il y a une échelle qui montre que le chemin est long. Il va falloir descendre chacun des échelons. Si on regarde bien l’échelle, plus on descend, plus elle est resserrée. C’est le chemin de la vie spirituelle qui s’affine de plus en plus.

-Connaître le cœur de l’homme ne se fait pas d’un coup. La confiance se crée dans le temps.

-Ce qui couvrait le trou en forme de coeur était une pierre, qui est roulée. C’est une image de l Résurrection. Quand Jésus est présent au cœur de l’homme, il y a la Vie dans les ténèbres.

-Jésus dit aux deux apôtres de s’équiper avant de descendre : « Venez et voyez ». Pour venir, il faut des chaussures, et pour voir, il faut des lunettes.

Questions

-Être en marche et regarder, n’est-ce pas l’attitude de celui qui cherche Dieu constamment ?

-Avant d’envoyer ses disciples, Jésus les invite à aller chez lui, le connaître. Il les invite à descendre.

-Et moi, en quoi cette image me parle t-elle aujourd’hui ?

-Qu’est-ce qu’elle me révèle de Dieu ? des autres ? de moi ?