Parole du Père Chris Goma

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

Cette semaine notre mère l’Eglise nous a conviés à célébrer la semaine de l’unité des chrétiens et, aujourd’hui, à Rome, le Pape François inaugure le dimanche de la Parole de Dieu qui se célébrera chaque 3ème dimanche du Temps Ordinaire.

Permettez-nous, dans cette actualité dense d’orienter essentiellement notre méditation d’aujourd’hui sur la deuxième lecture.
En effet, Saint-Paul, écrit aux chrétiens de Corinthe au sujet des divisions, des querelles intestines qu’on lui a rapportées alors qu’il se trouve à Éphèse.
Il est nécessaire de connaître d’emblée le contexte :

  • Corinthe est une ville de trafic intense à cause de son port. Et comme telle, beaucoup de courants de pensées et beaucoup de religions y convergent.
  • Entre l’enthousiasme des néophytes et la fidélité des anciens, Paul, qui a du reste évangélisé Corinthe, se rend compte qu’il y a quatre factions parmi les chrétiens :
    • Celle des disciples d’Appolos (un juif d’Alexandrie) versé dans l’écriture et dans l’annonce du Christ avec une éloquence indiscutable.
    • Celle qui se réclame de Paul
    • Celle qui se réclame de Pierre
    • et celle qui se réclame du Christ

Dans sa lettre aux corinthiens, Paul recadre les choses en mettant en avant la centralité du Baptême du Christ, source et signe de l’unité des chrétiens : 

  • Le Christ n’est pas divisé
  • Par le baptême, nous sommes tous constitués corps du Christ, et lui est la tête.

Cela veut dire que toutes les divisions, les fractures, les dissensions, les rivalités n’ont plus de place.
En cette semaine de l’unité des Chrétiens, nous allons demander au Seigneur de nous aider à redécouvrir la noblesse de notre baptême, qui nous constitue membre d’un seul corps.
Dans notre Église, où l’on peut malheureusement trouver des clans, des divisions, l’esprit de ghetto, l’esprit de clocher et d’exclusion.

Dans notre Église, où nous assumons nos ministères de manière autoréférenciée, en ; gérant les biens de l’Eglise comme des propriétés privées et personnelles, demandons au Seigneur la grâce de comprendre que  par le baptême, nous ne nous appartenons pas. Nous appartenons au Christ et comme le disait le Concile Vatican II « Quand  le prêtre baptise, c’est le Christ en personne qui baptise ». Nous sommes baptisés, donc greffés au Christ. C’est la réussite de la greffe qui compte pas celui qui l’a greffé.

Par ailleurs, pour mieux prendre conscience de notre identité,  il nous faut nous familiariser avec la Parole de Dieu. Saint Jérôme disait : « Ignorer les écritures, c’est ignorer le Christ ».

Dans sa lettre apostolique Aperuit Illis, le Pape François dit qu’aujourd’hui (3ème dimanche du Temps Ordinaire), jour consacré à la Bible, ne veut pas être un événement qui se produit une seule fois par an, mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de l’Écriture Sainte et du Ressuscité, qui ne cesse de rompre la Parole et le pain dans la communauté des croyants.

Nous comprenons par ce fait même le geste du Christ au début de son Ministère, dans l’Évangile de ce jour, à savoir le choix des disciples pour en faire « des pêcheurs d’hommes ».

Que le Seigneur nous donne la grâce de répondre au jour le jour à cette question du Pape Saint-Jean-Paul II   : « France, fille aînée de l’Église, qu’as-tu fait de ton baptême ? » et de prendre conscience du lien fondateur du baptême, comme lien d’amour au Christ et au Frère ainsi que de travailler à y répondre comme tel à travers l’annonce de la Parole de Dieu.

7ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails

-Le lapin bleu a un grand désir, il veut devenir saint. Il va dans un magasin d’auréoles (le dessin ne dit pas si elles sont payantes ou gratuites).

-Les auréoles sont diverses ; elles ont la forme de ce qu’elles représentent (un cœur pour l’amour, une colombe pour la paix, un sourire pour la joie, une toute petite pour l’humilité, une à 5 anneaux pour l’olympique (histoire de dire que la sainteté est universelle et que son acquisition n’est pas évidente).

-Et puis il y en a une « d’occasion », un peu tordue, dont l’état n’est pas si neuf que ça. Elle signifie qu’il ne faut pas se contenter de peu. Souhaiter une petite auréole un peu tordue, c’est ne pas se croire digne de l’amour de Dieu. C’est encore mettre une limite à son amour immense qui veut « infiniment plus que nous n’osions demander ou imaginer » (St Paul)

Questions

-Qui d’entre nous souhaite voir réussir son enfant ? Avoir mille et un projets pour lui ?

La réussite totale que Dieu a en vue pour nous, c’est que nous soyons unis en lui d’une manière définitive. Ainsi, nous serons saints. La sainteté, ce n’est pas d’être parfaits, mais de   participer à la perfection qu’est Dieu. C’est se recevoir de Lui.

-Si nous souhaitons la réussite de nos proches, croyons-nous vraiment que Dieu peut « réussir » avec nous ?

-Le lapin-Dieu (avec sa cravate jaune) nous demande « laquelle désirez-vous ? » parce que ce n’est pas lui qui va nous en imposer une. Et moi, quel est mon désir ?

-Est-ce que je vais penser à entrer dans son magasin chaque jour de cette semaine ?

7ème Dimanche du Temps Ordinaire

PREMIÈRE LECTURE

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19, 1-2.17-18)

Lecture du livre des Lévites

Le Seigneur parla à Moïse et dit :
    « Parle à toute l’assemblée des fils d’Israël.
Tu leur diras :
Soyez saints,
car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.

    Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur.
Mais tu devras réprimander ton compatriote,
et tu ne toléreras pas la faute qui est en lui.
    Tu ne te vengeras pas.
Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple.
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Je suis le Seigneur. »

    – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 8.10, 12-13)

R/ Le Seigneur est tendresse et pitié. (Ps 102, 8a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

Aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
il met loin de nous nos péchés ;
comme la tendresse du père pour ses fils,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

DEUXIÈME LECTURE

« Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu » (1 Co 3, 16-23)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
    ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu,
et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?
    Si quelqu’un détruit le sanctuaire de Dieu,
cet homme, Dieu le détruira,
car le sanctuaire de Dieu est saint,
et ce sanctuaire, c’est vous.
    Que personne ne s’y trompe :
si quelqu’un parmi vous
pense être un sage à la manière d’ici-bas,
qu’il devienne fou pour devenir sage.
    Car la sagesse de ce monde
est folie devant Dieu.
Il est écrit en effet :
C’est lui qui prend les sages
au piège de leur propre habileté.

    Il est écrit encore :
Le Seigneur le sait :
les raisonnements des sages n’ont aucune valeur !

    Ainsi, il ne faut pas mettre sa fierté
en tel ou tel homme.
Car tout vous appartient,
    que ce soit Paul, Apollos, Pierre,
le monde, la vie, la mort,
le présent, l’avenir :
tout est à vous,
    mais vous, vous êtes au Christ,
et le Christ est à Dieu.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Aimez vos ennemis » (Mt 5, 38-48)

Alléluia. Alléluia. 
En celui qui garde la parole du Christ
l’amour de Dieu atteint vraiment sa perfection.
Alléluia. (1 Jn 2, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Vous avez appris qu’il a été dit :
Œil pour œil, et dent pour dent.
    Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ;
mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite,
tends-lui encore l’autre.
    Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice
et prendre ta tunique,
laisse-lui encore ton manteau.
    Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas,
fais-en deux mille avec lui.
    À qui te demande, donne ;
à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos !

    Vous avez appris qu’il a été dit :
Tu aimeras ton prochain
et tu haïras ton ennemi.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Aimez vos ennemis,
et priez pour ceux qui vous persécutent,
    afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ;
car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons,
il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
    En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment,
quelle récompense méritez-vous ?
Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
    Et si vous ne saluez que vos frères,
que faites-vous d’extraordinaire ?
Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
    Vous donc, vous serez parfaits
comme votre Père céleste est parfait. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

6ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails
 
-Ce lapin indécis est juché sur un socle naturel qui ressemble à un gros tronc avec peu de feuilles, comme une souche qui est empêchée de se développer.
-Il est seul à devoir prendre sa décision.
-Dans son corps, tout est contradictoire ;
-Son corps est tourné vers la gauche et sa tête vers la droite.
-Il a un bras devant et un derrière.
-Une oreille tournée vers le haut et une autre vers le bas (= il entend deux conseils différents et lui, il est au milieu).
 
Questions
 
-Dire « Oui », et dire « Non » et le plus beau cadeau que Dieu a donné à chaque être humain. Ca veut dire que chaque être a la capacité de penser par lui-même, et de devenir lui-même.
-Est-ce que j’use de cette grâce comme d’un pouvoir sur les autres ?
-Est-ce que je suis un(e) éternel(le) indécis(e) ? 
-Est-ce que j’attends que la réponse vienne de l’extérieur ?
-Dire oui ou non permet à l’autre de se situer vis-à-vis de moi car il sait ce que je pense. Sans cette parole de ma part, la relation peut-elle être vraie ?

6ème Dimanche du Temps Ordinaire

PREMIÈRE LECTURE

« Il n’a commandé à personne d’être impie » (Si 15, 15-20)

Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Si tu le veux, tu peux observer les commandements,
il dépend de ton choix de rester fidèle.
    Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu :
étends la main vers ce que tu préfères.
    La vie et la mort sont proposées aux hommes,
l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix.
    Car la sagesse du Seigneur est grande,
fort est son pouvoir, et il voit tout.
    Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent,
il connaît toutes les actions des hommes.
    Il n’a commandé à personne d’être impie,
il n’a donné à personne la permission de pécher.

    – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 118 (119), 1-2, 4-5, 17-18, 33-34)

R/ Heureux ceux qui marchent
suivant la loi du Seigneur !
 (cf. Ps 118, 1)

Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout cœur !

Toi, tu promulgues des préceptes
à observer entièrement.
Puissent mes voies s’affermir
à observer tes commandements !

Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j’observerai ta parole.
Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.

Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ;
à les garder, j’aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder ta loi,
que je l’observe de tout cœur.

DEUXIÈME LECTURE

« La sagesse que Dieu avait prévue dès avant les siècles pour nous donner la gloire » (1 Co 2, 6-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
    c’est bien de sagesse que nous parlons
devant ceux qui sont adultes dans la foi,
mais ce n’est pas la sagesse de ce monde,
la sagesse de ceux qui dirigent ce monde
et qui vont à leur destruction.
    Au contraire, ce dont nous parlons,
c’est de la sagesse du mystère de Dieu,
sagesse tenue cachée,
établie par lui dès avant les siècles,
pour nous donner la gloire.
    Aucun de ceux qui dirigent ce monde ne l’a connue,
car, s’ils l’avaient connue,
ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire.
    Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture :
ce que l’œil n’a pas vu,
ce que l’oreille n’a pas entendu,
ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme,
ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé.

    Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, en a fait la révélation.
Car l’Esprit scrute le fond de toutes choses,
même les profondeurs de Dieu.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Il a été dit aux Anciens. Eh bien ! moi, je vous dis » (Mt 5, 17-37)

Alléluia. Alléluia. 
Tu es béni, Père,
Seigneur du ciel et de la terre,
tu as révélé aux tout-petits
les mystères du Royaume !
Alléluia. (cf. Mt 11, 25)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :
je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
    Amen, je vous le dis :
Avant que le ciel et la terre disparaissent,
pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi
jusqu’à ce que tout se réalise.
    Donc, celui qui rejettera
un seul de ces plus petits commandements,
et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,
sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux.
Mais celui qui les observera et les enseignera,
celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux.
    Je vous le dis en effet :
Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

    Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens :
Tu ne commettras pas de meurtre,
et si quelqu’un commet un meurtre,
il devra passer en jugement.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui se met en colère contre son frère
devra passer en jugement.
Si quelqu’un insulte son frère,
il devra passer devant le tribunal.
Si quelqu’un le traite de fou,
il sera passible de la géhenne de feu.
    Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel,
si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
    laisse ton offrande, là, devant l’autel,
va d’abord te réconcilier avec ton frère,
et ensuite viens présenter ton offrande.
    Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire
pendant que tu es en chemin avec lui,
pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge,
le juge au garde,
et qu’on ne te jette en prison.
    Amen, je te le dis :
tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

    Vous avez appris qu’il a été dit :
Tu ne commettras pas d’adultère.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui regarde une femme avec convoitise
a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
    Si ton œil droit entraîne ta chute,
arrache-le
et jette-le loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne.
    Et si ta main droite entraîne ta chute,
coupe-la
et jette-la loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.
    Il a été dit également :
Si quelqu’un renvoie sa femme,
qu’il lui donne un acte de répudiation.

    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui renvoie sa femme,
sauf en cas d’union illégitime,
la pousse à l’adultère ;
et si quelqu’un épouse une femme renvoyée,
il est adultère.

    Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens :
Tu ne manqueras pas à tes serments,
mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.

    Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout,
ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
    ni par la terre, car elle est son marchepied,
ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.
    Et ne jure pas non plus sur ta tête,
parce que tu ne peux pas
rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
    Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’,
‘non’, si c’est ‘non’.
Ce qui est en plus
vient du Mauvais. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

5ème dimanche du Temps Ordinaire

Détails

  • Ce lapin passe d’un paysage neutre (il n’y a rien derrière lui) à la lisière d’une forêt menaçante de plus en plus sombre. Il y a 13 paires d’yeux fixés sur lui.
  • L’attitude du lapin est toute « molle », hésitante. Les oreilles en accordéon, le corps penché en arrière, comme si tout résistait en lui. Ses yeux regardent ailleurs.
  • Le ciel devient gris, le chemin s’assombrit.
  • Une seule chose paraît solide et tenir ferme, sur ce dessin, c’est le panneau « MISSION », bien droit, en couleurs, planté au milieu du chemin (en général, ils sont plantés en bordure)

Questions

  • Quand on lit les lettres de Saint Paul, on est plutôt frappé par sa vivacité, sa solidité, ses propos directs et incisifs. Et là, il nous déclare qu’il est craintif et tremblant. C’est à ce moment-là que Dieu peut prendre toute la place. Ce que nous considérons comme une faiblesse (le dessin l’exprime bien, le lapin paraît le « maillon faible » face à ces animaux tapis) est en réalité une grande force aux yeux de Dieu, lui qui est passé par ce même chemin. La force de ce lapin vient du fait qu’il est envoyé (panneau « mission »). S’il est envoyé, c’est par quelqu’un. Si ce quelqu’un est Dieu, forcément, il est dans le coin. A quoi cela lui servirait-il d’envoyer si c’était en pure perte ?
  • Ai-je conscience que ma faiblesse est une occasion de laisser passer Dieu devant moi, à travers moi ?
  • Si j’en ai conscience, comment est-ce que je vis ce genre de situation dans mon quotidien ?

5ème Dimanche du Temps Ordinaire

PREMIÈRE LECTURE

« Ta lumière jaillira comme l’aurore » (Is 58, 7-10)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :
    Partage ton pain avec celui qui a faim,
accueille chez toi les pauvres sans abri,
couvre celui que tu verras sans vêtement,
ne te dérobe pas à ton semblable.
    Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et tes forces reviendront vite.
Devant toi marchera ta justice,
et la gloire du Seigneur fermera la marche.
    Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ;
si tu cries, il dira : « Me voici. »
Si tu fais disparaître de chez toi
le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante,
    si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires,
et si tu combles les désirs du malheureux,
ta lumière se lèvera dans les ténèbres
et ton obscurité sera lumière de midi.

    – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 111 (112),.4-5, 6-7, 8a.9)

R/ Lumière des cœurs droits,
le juste s’est levé dans les ténèbres.
ou : 
Alléluia !
 (cf. Ps 111, 4)

Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.
L’homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.

Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur.

Son cœur est confiant, il ne craint pas.
À pleines mains, il donne au pauvre ;
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa gloire !

DEUXIÈME LECTURE

« Je suis venu vous annoncer le mystère du Christ crucifié » (1 Co 2, 1-5)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

    Frères,
quand je suis venu chez vous,
je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu
avec le prestige du langage ou de la sagesse.
    Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ,
ce Messie crucifié.
    Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant,
que je me suis présenté à vous.
    Mon langage, ma proclamation de l’Évangile,
n’avaient rien d’un langage de sagesse qui veut convaincre ;
mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient,
    pour que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes,
mais sur la puissance de Dieu.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5, 13-16)

Alléluia. Alléluia. 
Moi, je suis la lumière du monde, dit le Seigneur.
Celui qui me suit aura la lumière de la vie.
Alléluia. (cf. Jn 8, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Vous êtes le sel de la terre.
Mais si le sel devient fade,
comment lui rendre de la saveur ?
Il ne vaut plus rien :
on le jette dehors et il est piétiné par les gens.

    Vous êtes la lumière du monde.
Une ville située sur une montagne
ne peut être cachée.
    Et l’on n’allume pas une lampe
pour la mettre sous le boisseau ;
on la met sur le lampadaire,
et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
    De même, que votre lumière brille devant les hommes :
alors, voyant ce que vous faites de bien,
ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.