C’est Noël

 

Détails

 

-Le lapin fait les courses pour acheter des cadeaux de Noël. Il a trouvé une petite statuette d’ange.

-Un (vrai) ange lui apparaît pour lui annoncer la nouvelle, et il lui répond comme si c’était quelque chose d’habituel.

-On remarque encore que le lapin se trompe de but. L’ange lui indique l’autre côté. C’est vrai qu’une semaine avant Noël, quel est notre but ? A quoi passe-t’on le plus clair de notre temps ?

 

Questions

 

On relève plusieurs aberrations ; Noël est une fête chrétienne qu’on veut vider de son sens. Savez-vous qu’en fouillant sur internet, on trouve des explications que le calendrier de l’avent sert à patienter jusqu’à Noël en ayant un chocolat par jour ? Savez-vous qu’il existe aussi des calendriers de l’avent pour chiens ? Savez-vous que dans le quartier où j’habite, en 2009, des haut-parleurs suspendus dans la rue diffusaient des chants de Noël et que la mairie a reçu des plaignants qui étaient heurtés de ce qu’on puisse passer des chants religieux dans un pays laïc ?

-Enlevons donc Jésus du pays, mais toutes les conséquences aussi, à savoir ; pas de Jésus, pas de Nativité, donc pas de Noël. Enlevons les sapins, les décorations, les cadeaux, et que le 25 décembre devienne un jour de travail comme les autres.

Non ?

Editorial du Père Yves Maurice ZAMBO, 25 décembre 2016, Dimanche de Noël, Année A

La Vraie Lumière
 C’est Jésus !
Au moment où nos villes et maisons sont illuminées, qu’elles changent la physionomie morose de l’hiver, nos cœurs, malheureusement restent obscurs à causes de nombreux soucis. Il est là, le Divin Enfant qui vient nous donner la joie de l’espérance chrétienne. Il est le Verbe qui s’est fait chair afin que toute chair soit habitée par la Puissance du Verbe de Dieu. En d’autres termes, Jésus est la Vraie Lumière qui vient naître au sein de nos ténèbres afin que nos ténèbres deviennent Lumière.
Toutefois, pour bénéficier des effets de sa clarté, de sa présence dans le monde, nous devons accepter de l’accueillir. Le monde et tout ce qu’il contient appartient à Dieu. Malheureusement, nombreux sont ceux-là qui combattent le règne du Fils de Dieu : « Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. »
Ils mettent leur joie sur des « guirlandes » qui s’éteignent tout en refusant d’accueillir la Véritable lumière : Jésus-Christ.
Puisse ce Temps de Noël être pour nous chrétiens un temps de paix, d’unité et de vivre ensemble sous la Lumière du Christ.
Joyeux Noël à Tous, à Chacune et à Chacun de Vous !!!

4ème Dimanche de l’Avent

Détails

 

-Ce lapin est seul. Il rame. Il n’y a ni sommet, ni fond de vallées. Il doute que Dieu puisse lui donner un signe.

-Un peu d’explication Biblique du texte d’Isaïe d’où ce verset est tiré. Achaz est un tout jeune roi, tiraillé de partout. Il se détourne de Dieu pour adorer les idoles. Il va même jusqu’à offrir son propre fils en sacrifice au dieu Moloch. Isaïe, le prophète, vient trouver le roi et lui fait des remontrances au nom du Seigneur. Il lui dit alors cette parole « Demande pour toi un signe venant du Seigneur TON Dieu… » Dieu est partout (dans les sommets et au fond des vallées). Achaz répond : Oh non ! horreur ! je ne vais pas tenter le Seigneur en lui demandant un signe. Il est hypocrite. Peut-être sait-il que s’il demande, le Seigneur lui répondra et il devra donc changer de vie. Donc il ne demande rien.

Sur le dessin, on voit 6 oreilles. Six étant le chiffre de l’imperfection (pour voir la symbolique Biblique des chiffres, c’est expliqué là) Ce lapin fait la sourde oreille. Ses oreilles sont toutes tournées dans des orientations différentes. Achaz s’endurcit. Bref, il n’a pas fini de ramer.

 

Questions

 

-Certains cherchent des « signes » venant de Dieu comme des lumières dans leur vie qui éclairent leur route. Et dès qu’il n’y a plus de lumière, on s’arrête de marcher en attendant la suivante. Le signe est une mise en marche. Ce n’est pas ce qu’il faut rechercher. Quand il est là, on le prend. Quand il n’y est plus, on s’appuie sur le précédent.

-D’autres n’osent pas demander de signes parce qu’ils savent que forcément, ça aura des implications dans leur vie et qu’il va falloir changer quelque chose.

Et moi, suis-je à la recherche de signes plus qu’à la recherche de Dieu ?

Est-ce que je préfère ne pas en demander ? Pourquoi ?