Editorial du Père Yves Maurice ZAMBO, 31 janvier 2016, 4° dimanche du Temps Ordinaire, Année C

Aller son chemin …

Nombreux peuvent être étonnés d’admettre que Jésus n’ait pas été bien reçu dans son village.
Il est vrai, comme il le dit : « aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays… » (Lc 4, 24).
Ce n’est pas pour autant qu’il faille abandonner la mission. Il ne s’agit pas de renoncer à notre vocation à cause d’un manque d’accueil. Au contraire, malgré les violences de toutes sortes, nous devons continuer à poursuivre notre chemin. Je sais qu’il n’est pas évident de se faire accepter, même chez soi.

Toutefois, savoir aller son chemin est l’enseignement de ce jour.

Fort de cette espérance, que tous ceux qui ont à répondre à un appel de l’Église ne se découragent jamais.

Qu’ils sachent, avec Jésus, poursuivre leur chemin de foi en Dieu d’Amour pour tous les humains.

3ème Dimanche du Temps Ordinaire

1 Co 12,26

Détails

-Le lapin bleu souffre dans tout son corps. C’est le pied qui a mal mais c’est la langue qui crie (il y a donc harmonie entre la langue et le pied), ce sont les mains qui essaient de soulager le pied, c’est tout le corps qui bondit de douleur. La Parole de Dieu  « un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » se vérifie.

-Par contre, le lapin poète gris qui est à droite, lui, n’est absolument pas en harmonie avec le membre qui souffre. Il se contente de faire un poème. Il observe mais il n’entre pas dans la souffrance de l’autre. S’ils sont baptisés tous les deux, en principe, ils sont frères et membres de l’Église, corps du Christ. Ici, on ne peut pas dire que le lapin bleu et le lapin gris soient tous deux membres d’un même corps.

Questions

-On va parler d’une assemblée chrétienne (messe, prière, autre… Un lieu où plusieurs chrétiens sont rassemblés).

-En quoi suis-je membre du corps du Christ ?

-Est-ce que je sais souffrir avec l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Est-ce que je sais me réjouir avec l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Est-ce que je sais me réjouir pour l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Et tout cela, est-ce que je le fais intérieurement ou est-ce que les autres peuvent le constater en me voyant dans cette assemblée chrétienne ?

Editorial du Père Yves Maurice ZAMBO, 17 janvier 2016, 2° Dimanche du Temps Ordinaire, Année C

Remplissez d’eau les jarres

Souvent, je me pose la question de savoir, que serait-il advenu si les serviteurs n’avaient pas obéi à l’ordre de Jésus ? Certainement … Rien.
Ou encore, quel sens puis-je donner à l’eau et aux jarres ?
En ce qui concerne l’eau, je vois toute notre bonne volonté, ce que nous sommes capable de fournir et dont Jésus a envie pour le transformer en qualité digne de réjouir le monde et l’Église. Figurez- vous que le Christ a toute puissance pour transformer en bon vin rien qu’une simple eau. Pourquoi n’en ferait-il pas de même pour nous ?
Quant aux jarres, c’est une image qui peut renvoyer au cœur, à la vie, à la communauté … C’est dans nos communautés, nos vies et nos cœurs que le Christ veut opérer son miracle.
Saurons-nous lui obéir ?
Remplissons d’eau les jarres …

Editorial du Père Yves Maurice ZAMBO, Dimanche 10 janvier 2016, Baptême du Seigneur, Année C

2016 !

C’est avec grande joie que je présente à chacun et chacune de vous mes vœux les plus sincères pour la nouvelle année. Comme vous le savez déjà, l’année 2015 a été difficile tant au niveau national que paroissial. Nombreux ont certainement souhaité passer à une autre façon de travailler et surtout d’aborder l’avenir. Un avenir où chacun de nous est invité à être artisan de paix et d’amour. La paix, fruit de l’Esprit Saint, ne saurait être acquise sans la grâce divine. Il est impératif de recourir à notre Seigneur, Prince de la paix, pour que nos années deviennent des chemins de dialogue. Artisan d’amour, car Dieu seul est Amour et peut nous apprendre à mieux nous aimer les uns les autres.

N’ayons donc pas peur de prendre de bonnes résolutions pour 2016. Notre secteur paroissial en a besoin pour avancer sereinement dans l’année de la Miséricorde. De plus, nous avons un Synode diocésain à vivre ensemble pour former des « disciples missionnaires ». Nous serons sollicités à proposer des voies nouvelles pour améliorer notre religiosité et surtout pour savoir rejoindre toutes les couches de population. Je crois fortement que chaque nouvelle année est un cadeau de Dieu pour nous améliorer personnellement et communautairement.
Bienvenue 2016 !
Et que Dieu bénisse toutes nos saintes résolutions !