19ème dimanche du Temps Ordinaire 

HOMELIE DU 9 AOUT 2020

Père Chris GOMA

Aujourd’hui nous sommes le 19ème dimanche du Temps Ordinaire, la liturgie nous invite à méditer sur les textes suivants :

  • Lecture du premier livre des Rois (19. 9a.11-13a)
  • Psaume 84, avec comme refrain : «Fais-nous voir Seigneur Ton amour, et donne-nous ton salut ! »
  • Lecture de la lettre de saint Paul aux Romains (9, 1-5)
  • Évangile de saint Matthieu (14, 22-33)

Peuple de Dieu ! Chers Frères et Sœurs dans le Seigneur, j’ai eu la joie hier de célébrer mon 16ème anniversaire de sacerdoce et de rendre grâce à Dieu pour la fidélité et le service de tant de prêtre à travers le monde.

D’ailleurs, à l’occasion des 60 ans de la mort du curé d’Ars, patron des curés le pape François a eu des mots puissants pour décrire la vie des prêtres, je cite « Je veux écrire cette lettre pour sa fête, non seulement aux curés mais aussi à vous tous, frères prêtres qui, sans faire de bruit, quittez tout pour vous engager dans la vie quotidienne de vos communautés. À vous qui, comme le curé d’Ars, travaillez comme dans la tranchée, portez sur vos épaules les poids du jour et de la chaleur et êtes exposés à d’innombrables situations, prenez des risques quotidiennement, sans vous donner trop d’importance, afin de prendre soin du peuple de Dieu et l’accompagnez. Je m’adresse à chacun de vous qui si souvent, de manière inaperçue et sacrifiée, dans la lassitude ou la fatigue, la maladie et la solitude, assumez la mission au service de Dieu et de son peuple et même avec toutes les difficultés du chemin écrivez les plus belles pages de la vie sacerdotale. »

Dans l’évangile soumis à notre méditation, nous sommes sensibles à la main tendue par le Seigneur à Pierre pour le rejoindre. J’y vois l’invitation reçue par chacun de nous au service du Seigneur. C’est le prélude de notre vocation, de l’appel à suivre le Maître comme prêtres, baptisés, catéchistes, pères et mères de familles chrétiennes et de différents services que nous recevons en Église. 

Jésus nous invite à le rejoindre dans la barque, symbole de l’Église . Il prend l’initiative, il ne nous fait pas faire un office que nous ignorons . Il nous précède. Il a d’abord marché sur les « eaux », sur la mer ; ici la mer est le repaire de tous les esprits mauvais. Le disciple du Christ, comme le prêtre est à sa suite, il répond à son appel en toute confiance : « confiance , c’est moi, n’ayez pas peur ». Tant qu’il est dans cette confiance il n’est troublé par aucun vent contraire.

A travers cet évangile nous voyons que toute vocation est parsemée de vents contraires : la fatigue, le sentiment d’abandon, la lassitude, le doute, les infidélités, les persécutions … tant que le disciple est dans la confiance comme Pierre, il arrive à tout braver comme le Maître. Mais c’est quand il commence à compter sur lui-même, à prendre la place de Dieu, alors surviennent les peurs . Dans toutes nos vocations nous devons demander la grâce de la fidélité.

Toutefois devant l’éventualité des chutes relatives aux aspérités de la route, trouvez la grâce de toujours demander la force du Seigneur comme Pierre « Seigneur, sauve-moi ». Car La main du Seigneur est toujours là pour nous secourir. 

Je bénis le Seigneur pour tant d’années au cours desquelles la main du Seigneur m’a été fidèle, a été fidèle à son Église toujours traumatisée par autant de scandales, toujours aussi prête à se relever pour continuer la marche dans la communion et la confiance avec le Maître.

DIEU N’ABANDONNE PAS SON PEUPLE

Amen

Votre Frère, 

Abbé Chris Brunel GOMA