15ème Dimanche du Temps Ordinaire

Détails
-Dans la parabole de l’évangile du jour, un homme tombe aux mains de brigands. L’aide qu’on lui apporte ne vient pas du prêtre ni du lévite, mais de l’étranger.
-Sur le dessin, celui qui est censé sauver de la noyade, c’est le prêtre, chargé de veiller sur ceux que Dieu lui confie. Ila l’air très occupé mais par aux priorités.
-Sa réaction face à celui qui se noie, c’est d’abord le jugement (il est miraud ou daltonien ?), puis le rappel de la règle (drapeau rouge = interdit de se baigner) et enfin, de se défausser de toute responsabilité en rejetant le travail sur l’autre maître-nageur. Bref, on se demande pourquoi il est là, à ce poste, en fait, s’il ne l’assume pas.
Questions
-Ce dessin s’adresse plus particulièrement aux prêtres (pasteurs, évêques, etc…) pour aider à reprendre conscience de la priorité du ministère : aider les personnes à avoir une vie transformée par le Christ, et donc leur faciliter cela. Dans mon emploi du temps, quelle est la place consacrée à cette priorité ?
-Pour ceux qui ne sont pas prêtres (…), posons-nous la même question sur notre devoir d’état (de parents, de médecin…) et des priorités.
-Sauver quelqu’un, est-ce le faire selon les règles de l’art ou selon l’urgence du moment ? A quel moment les règles de l’art (procédures, structures, protocoles…) deviennent-elles un empêchement et un obstacle aux priorités ?