sainte_helene_01

Sainte-Hélène

brach_01

Brach

castelnau_01

Castelnau de Médoc

avensan_01

Avensan

moulis_01

Moulis en Médoc

salaunes_01

Salaunes

listrac_01

Listrac Médoc

Bienvenue sur le site de la paroisse Castelnau-de-Médoc / Sainte-Hélène / Margaux

Maison Paroissiale
de Castelnau-de-Médoc
4 rue du Château – 33480 – Castelnau de Médoc
Tél. : 05 56 58 21 74

HORAIRES :

Permanences à Castelnau :
 Du mardi au jeudi  10h – 12h30
vendredi 16h00 – 19h00
samedi 10h00 – 12h00

Messes dominicales :

samedi 17h00 Sainte Hélène
samedi 18h30 (mobile, cf. agenda du Vigneron)
dimanche 9h30 Listrac
dimanche 11h00 Macau
dimanche 16h30 Arsac
dimanche 18h00 Castelnau

Messes de semaine :

Mardi : 18h30 Ludon
Mercredi : 18h30 Salaunes
Jeudi : 10h00 Listrac
et 18h30 Cantenac

Notre église est vivante !
Veillez toujours à vérifier les horaires sur l’Agenda du Site ou Le Vigneron !
Merci !

Notre courriel:  paroisse.castelnau.medoc@gmail.com

Saint Sacrement

Notre Seigneur

IMG_4193

Son Eminence Cardinal Ricard Jean-Pierre

IMG_6599[1]

Père Yves-Maurice Zambo

5ème Dimanche de Carême

Détails -Ce lapin emberlificoté est Lazare dans son tombeau que Jésus vient de ressusciter. Il est embaumé et se prend les bandelettes dans une branche qui pousse dans le tombeau. -Ce dessin pourrait être une représentation du purgatoire. Le purgatoire est un état (pas un lieu) où on a fait le choix de Dieu à […]

5ème dimanche de Carême Année Liturgique A

MEDITATION DU 29 MARS 2020  Père François KABONZO  Voici les lectures proposées à notre méditation :  Lecture du livre d’Ezékiel (37, 12-14) : « Dieu ouvre nos tombeaux et fait souffler l’Esprit de vie sur les hommes. »  Psaume 129(130) avec ses deux refrains au choix : « Auprès du Seigneur est la grâce, la pleine délivrance » ou bien : « Mets en nous ton esprit Seigneur, fais-nous sortir […]

5ème Dimanche de Carême

PREMIÈRE LECTURE « Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (Ez 37, 12-14) Lecture du livre du prophète Ézékiel Ainsi parle le Seigneur Dieu :Je vais ouvrir vos tombeauxet je vous en ferai remonter,ô mon peuple,et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.    Vous saurez que Je suis le Seigneur,quand j’ouvrirai vos tombeauxet vous en ferai […]

4ème Dimanche de Carême

PREMIÈRE LECTURE David reçoit l’onction comme roi d’Israël (1 S 16, 1b.6-7.10-13a) Lecture du premier livre de Samuel En ces jours-là,    le Seigneur dit à Samuel :« Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars !Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem,car j’ai vu parmi ses fils mon roi. »    Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab,il se dit :« Sûrement, […]

5ème dimanche de Carême Année Liturgique A

MEDITATION DU 29 MARS 2020 

Père François KABONZO 

Voici les lectures proposées à notre méditation : 

Lecture du livre d’Ezékiel (37, 12-14) : « Dieu ouvre nos tombeaux et fait souffler l’Esprit de vie sur les hommes. » 

Psaume 129(130) avec ses deux refrains au choix : « Auprès du Seigneur est la grâce, la pleine délivrance » ou bien : « Mets en nous ton esprit Seigneur, fais-nous sortir de nos tombeaux » 

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (8 8-11) : « L’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous. » 

Évangile selon saint Jean (11, 1-45) : « Moi, je suis la résurrection et la vie. » 

« Ce cinquième dimanche de Carême nous encourage à ouvrir nos multiples tombeaux et à accueillir le souffle de l’Esprit de vie qui se répand sans cesse. Car avec la résurrection du Christ, nous ne sommes plus sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en nous (Romains 8, 8). » [Commentaire de Karem Bustica dans Prions en Eglise, page 206.] 

L’évangile proclamé vendredi dernier à la veillée de prière sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, était celui de la tempête apaisée (Marc 4, 35-41). Dans la tempête et les vagues qui montent, pas d’affolement. Avec Jésus à nos côtés nous n’avons pas à avoir peur. Il est notre force, notre bouclier. 

Reprenons ici ce qu’a dit la féminine voix off  ce vendredi-là : « La tempête que nous vivons manifeste notre vulnérabilité… Nous n’avons pas été arrêtés par des injustices, nous avons suivi notre chemin en pensant que nous étions sains dans un monde malade. En réalité, tu nous appelles à séparer le superflu du nécessaire ». 

Que représente ce superflu pour moi ? Qu’est-ce que je considère comme nécessaire ? 

Dans l’évangile selon saint Luc (10, 40-41), nous lisons : « Seigneur, ma sœur me laisse seule à faire le service, dis-lui donc de m’aider », le Seigneur répondit à Marthe : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses, une seule est nécessaire, Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ». Pendant que Marthe, en bonne maîtresse de maison s’activait à la cuisine, Marie, la contemplative était assise aux pieds du Seigneur, elle s’abreuvait de sa parole. Marie, prière, contemplation, Marthe, action, service, s’adonner à des activités utiles. 

Chacun de nous a à la fois Marthe et Marie en lui, tantôt l’une, tantôt l’autre. Il faut absolument prendre le temps de se tenir chaque jour en présence de Dieu, comme Marie… quand on a beaucoup travaillé, comme Marthe. C’est le « ora et labora » (prie et travaille) de la Règle de saint Benoît. 

Aujourd’hui, les deux sœurs sont confrontées à la mort. La mort de leur frère Lazare. Elles ont envoyé dire à Jésus : « celui que tu aimes est malade ». « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu… », dit Jésus à ses disciples et il tarde deux jours là où il se trouvait. 

Au moment où Jésus arrive à Béthanie, Lazare son ami, est mort depuis quatre jours. Marthe, tout en affirmant sa foi dans la résurrection finale, ne sait pas encore que Jésus a la puissance de rendre la vie aux morts, bien plus, qu’il est lui-même la résurrection et la vie (Jean 11, 25) : « Moi, je suis la résurrection et la vie, tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais, celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. Crois-tu cela ? ». Marthe, la croyante fait une profession de foi, une des plus belles de l’évangile. Elle professe en Jésus le Fils de Dieu, le Maître de la vie, dès maintenant et pour toujours : « Oui, Seigneur,  tu es le Messie,  je le crois, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde ». Marthe vient de passer du savoir (je sais, je sais) au croire (je le crois). Croire en Jésus, Messie et Fils de Dieu, c’est déjà commencer à ressusciter, c’est avoir en soi la vie éternelle que la mort physique elle-même ne peut anéantir. 

Notre Seigneur a des sentiments humains, il est bouleversé d’une émotion profonde, mais en lui la confiance absolue en son Père l’emporte sur le chagrin. Une fois la pierre enlevée du tombeau, Jésus rend grâce à son Père qui l’a toujours exaucé. Il tire Lazare du sommeil de la mort en criant d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ». C’est le réveil de Lazare. La parole de Jésus fait vivre. Lazare a eu en quelque sorte un supplément de vie terrestre, il est revenu à sa vie antérieure. «  A la vue de ce signe, beaucoup d’entre les juifs crurent en lui… mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce que Jésus avait fait » (Jean 11, 46). 

 
C’est donc ce miracle qui a signé l’arrêt de mort de Jésus. Placé juste avant la Passion, le réveil de Lazare préfigure la mort de Jésus et ce que sera sa résurrection. Lazare représente l‘homme pécheur écrasé sous le poids de la mort. Par la foi et le baptême, l’homme peut accéder à la vie nouvelle et éternelle de celui qui est la résurrection et la vie. Lazare est encore et toujours un être mortel, il mourra une seconde fois. Jésus, lui, sortira immortel à Pâques, délivré à jamais de la mort. En lui la vie aura triomphé. 

 
« Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu ».  « Ne t’ai-je pas dit ?Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu.» ? Pour Jésus, la seule chose qui compte, c’est la gloire de Dieu, mais pour voir la gloire de Dieu, il faut la foi. 
« Lazare, notre ami, est mort et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. » « Si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé. »  « Oui Seigneur, tu es le Messie, je le crois, tu es le fils de Dieu, celui qui vient dans le monde.» 
Puissions-nous partager la foi de Marthe et dire à notre tour au Seigneur : « Oui Seigneur, tu es le Messie, tu es le Fils de Dieu, nous le croyons. » 

Excellente montée vers Pâques. 

Père François KABONZO, 

 Votre Vicaire. 

© Copyright - Paroisse Castelnau de Medoc - Réalisation Gwen Fernandez